L’aéroclub du Giennois

Aux journées portes-ouvertes de l'aérodrome

Aux journées portes-ouvertes de l'aérodrome

Ce week-end du 17 et 18 septembre, le temps n'était pas idéal pour faire voler les avions de l'aérodrome de Briare-Châtillon. Pour la première année, Denis Chantereau, président de l'aéroclub du Giennois et son équipe, ouvraient les portes de l'aérodrome et présentaient leurs avions au public. Pour l'occasion, l'armée de l'air était sur place. Leur but étant de faire partager leur métier et leur passion mais aussi de recruter. Petits et grands ont pu admirer les oiseaux de fer et y prendre place. Et, même si le temps n'a pas permis de proposer des baptêmes de l'air, aux commandes de l'engin, certains se sont vus pilotes d'un jour. Ils ont aussi eu la chance de voir voler un avion à réaction et ont pu apprécier la minutie du travail de l'aéromodélisme.
Les portes-ouvertes seront reconduites l'année prochaine avec, on l'espère, une pluie de baptême de l'air et... le soleil !

Un projet de nouvel avion pour l’aéroclub

Voilà presque une année maintenant que Denis Chantereau a succédé à Philippe Chérioux à la présidence de l’Aéroclub du Giennois. Cet homme originaire de Châtillon a été baigné dans le domaine de l’aéronautique depuis son plus jeune âge. En effet, son papa lui aussi passionné lui a transmis son amour pour les avions.
A 14 ans, il fait son premier baptême de l’air avec une idée fixe : « Un jour, je piloterai et je volerai ».
Après avoir appris à « voler » en région parisienne, Denis est revenu à ses racines et a décidé, après sa retraite, de s’investir encore plus pour faire découvrir et partager sa passion à tous : « Maintenant j’ai beaucoup plus de temps à consacrer et à offrir aux autres ».
Depuis peu, il a mis en place, au sein du Club, une réunion mensuelle des membres du Club afin d’échanger et de partager leurs idées ou remarques.
Son objectif pour l’année à venir : développer l’activité vol moteur.
Le club a aussi pour mission d’assurer la formation des élèves pilotes dès l’âge de 15 ans. Environ 300 heures de vol (1/3 de l’activité), sont réalisées dans le cadre de la formation et du perfectionnement. Les membres du Club peuvent participer à des voyages (8 à 10 par an) organisés sur un ou deux jours. Activité que Denis voudrait également dynamiser.
L’Aéroclub possède actuellement 4 avions :
-Un D112 biplace (réservé à la formation)
-Un DR440 quadriplace (voyages, navigation et seconde partie de formation)
-Un DR480 quadriplace (pour les voyages)
-Et un STAMPE, avion mythique utilisé par l’armée de l’air avant la seconde guerre mondiale.
Le club lui doit une fière chandelle puisque c’est grâce à son acquisition qu’il a redémarré son activité. L’exemplaire que possède l’aéroclub a été entièrement refait en 1995 au sein du club mais la base de l’avion remonte aux années 1930.
Pour l’année à venir, le souhait du Club serait de remplacer l’avion DR480 dédié aux voyages par un avion identique mais beaucoup plus moderne.

L’année dernière, 4 pilotes ont été brevetés par le Club. 7 sont actuellement en cours de formation. Pour Denis, c’est plutôt une bonne année et il en espère encore des meilleures !

L’aéroclub du Giennois L’aéroclub du Giennois L’aéroclub du Giennois L’aéroclub du Giennois

L’aéroclub du Giennois est né en septembre 1945. Affilié à la FFA (Fédération française d’aéronautique), l’aéroclub est une association qui fait partie de la loi 1901, ayant pour but l’apprentissage, le développement et la pratique du sport aéronautique.

Le club propose les activités suivantes pour les non-adhérents :

Baptême de l’air : vol de 30 minutes destiné aux néophytes curieux. Ce vol permet de découvrir la 3ème dimension. Les baptêmes sont assurés par des pilotes très expérimentés sur rendez-vous. Pour les conditions et tarifs, prendre contact avec l’aéroclub.

Pour les adhérents :

Leçons de pilotage : l’aéroclub est habilité à assurer la formation au pilotage. En compagnie d’un instructeur, ceux qui le souhaitent pourront apprendre à piloter en plusieurs étapes.

Promenades et voyages : les pilotes brevetés peuvent utiliser les avions de l’aéroclub pour la promenade ou le voyage. Pour les plus jeunes (à partir de la seconde), la formation au BIA (Brevet d’initiation à l’aéronautique) est dispensée en liaison avec l’établissement scolaire. Celle-ci comprend une formation théorique (histoire de l’aviation, météorologie, navigation,…) de 40 heures de pratique sous forme de 2 à 3 vols d’une durée de 30 à 40 minutes chacun.

A ce jour, l’Association compte 80 membres (pilotes, élèves pilotes et instructeurs).

L’aéroclub est fier de compter dans ses rangs, Julien Chérioux, champion du monde en 2012 et 2013, vice-champion du monde en 2008, champion d’Europe et de France de rallye aérien. Il est l’un des instructeurs du club.

Horaires

Les membres du club sont heureux de vous accueillir tous les week-ends et jours fériés. A cette occasion, vous pourrez obtenir toutes les informations relatives à l’aéroclub et visiter les avions du club.

Bureau

Denis Chantereau, président
Philippe Chérioux, vice-président
Serge Marinier, trésorier
Ludovic Esnault, secrétaire

Contact

Aéroclub du Giennois
Denis Chantereau, président
Aérodrome de Briare-Châtillon
45250 Briare
Tél. : 02 38 31 18 70
Email : acgiennois@orange.fr
Un nouveau site internet est en cours d’élaboration, il sera visible prochainement.

Historique de l’aérodrome

L’aéroclub du Giennois

Après la guerre de 14-18, les réseaux de communication connaissent une expansion rapide. Le chemin de fer, puis l’automobile se développent. L’aviation impose également sa présence.

C’est en avril 1936 que le terrain situé à proximité des fermes de la Châtre et de la Chabinerie à Briare fut choisi pour l’implantation d’un terrain d’aviation militaire en raison de la consistance du terrain et de lignes d’envol remarquablement dégagées.

En septembre 1939, il fut occupé par le 2e groupe de la 51e escadre, équipé d’avions Bloch 210 puis à partir d’avril 1940, de petits Bréguets 693 armés de 6 bombes de 50 kg.

Quelques mois plus tard, un évènement exceptionnel viendra donner une certaine célébrité à l’aérodrome de Briare. Alors que le gouvernement français et son administration se replient sur Tours et les châteaux environnants début juin 1940, le général Weygand, nouveau chef des armées françaises, a installé son quartier général sur le domaine de Vaugereau à Briare. Son cabinet occupe le château du Muguet à Breteau. Devant les évènements qui se précipitent et la percée allemande, Winston Churchill provoque une réunion du conseil suprême interallié et charge Paul Reynaud de l’organiser. Ce conseil fut créé au début de la seconde guerre mondiale pour superviser la stratégie militaire conjointe entre la France et le Royaume-Uni. Cette réunion a lieu les 11 et 12 juin 1940 au château du Muguet.

Le 11 juin 1940, le Premier Ministre britannique Winston Churchill se pose sur l’aérodrome de Briare dans son flamingo jaune escorté de douze hurricane Il est accompagné par Sir Antony Eden, ministre de la guerre, les Généraux Dill, Ismay et Spears ainsi que le capitaine Berkeley. La France est représentée par le président du conseil Paul Reynaud, le Maréchal Pétain, vice-président du conseil, le Général Weygand, le Général Georges, le Général De Gaulle, sous-secrétaire d’Etat à la guerre et l’Amiral Darlan. Certains ont relaté cette réunion comme un affrontement franco-britannique, mais l’histoire retiendra qu’à Breteau, se sont reconnus deux hommes ayant la même volonté de poursuivre le combat et que l’esprit de la France libre est peut-être né au cours de ces deux journées.

La suite est connue de tous. Le Général De Gaulle s’envole pour Londres le 17 juin depuis Bordeaux avec le Général Spears et lance son appel le lendemain, 18 juin 1940.

Après l’invasion, les allemands ne purent utiliser le terrain de Briare suite à d’innombrables sabotages. Ils durent se contenter de le rendre inutilisable pour un éventuel atterrissage d’avions français ou alliés en y entassant les carcasses de voitures abandonnées le long des routes.

Après la libération, le terrain peut être rendu à sa vocation première et c’est alors qu’a germée l’idée de la création d’un aéro-club. Pour des raisons liées à la fin de la guerre, deux aéro-clubs se constituent : l’aéro-club de Gien et l’aéro-club Libération.

A la demande de la Fédération Nationale des Sports Aériens reconstituée le 8 octobre 1945 est constitué l’actuel Aéroclub du Giennois dont les statuts ont été déposés en Sous-préfecture de Montargis le 9 novembre 1945.

Depuis cette date le club a connu 6 présidents et fait l’acquisition de 25 avions.

Haut de page