Châtillon-sur-Loire
chatillo-sur-loire.com en français
english
ne
de
es

TARIFS CONCESSIONS CIMETIERE et COLOMBARIUM

cimetière de Châtillon sur Loire

La commune possède deux cimetières. Le plus récent, situé rue du Cimetière, est aussi le plus grand. Il comprend un columbarium. Le second, situé rue des Murailles, est un ancien cimetière protestant, témoin de l’importance de la communauté protestante à Châtillon-sur-Loire du XVIe au XIXe siècle.

Le cimetière de la rue du Cimetière abrite le monument de l’abbé Touzeau, un Châtillonnais qui fut curé de Châtillon entre les deux guerres.

Tarif des concessions

Concession au sol 15 ans : 135 euros
Concession au sol 30 ans : 270 euros
Concession au sol 50 ans : 420 euros
Emplacement (case) dans le columbarium pour 15 ans : 1.020 euros
Emplacement pour 30 ans : 1.980 euros

Renseignements auprès des services de la mairie
Tél. : 02 38 31 40 54

Tout ce qu’il faut savoir sur la reprise des concessions au cimetière

Au cimetière, une procédure de reprise des concessions perpétuelles et centenaires est entamée. Un long travail établi sur plusieurs années par la Mairie et qui consiste à faire état des concessions à l’abandon.

Le lundi 5 Novembre 2018, la Mairie procèdera à la constatation de l’état d’abandon (deuxième constat) de certaines concessions dans le carré 10, à 14 heures (rendez-vous à la Mairie). La liste des concessions concernées pourra, ensuite, être consultée à la Mairie du lundi au vendredi de 8 heures 30 à 12 heures et de 13 heures 30 à 17 heures. Le samedi, de 10 heures à 12 heures. Pour tous renseignements, vous devrez informer du nom des personnes inhumées dans la concession, vous munir de l’acte de concession correspondant portant le numéro de la concession, de la date de sa délivrance, ainsi que du nom du concessionnaire. Lorsque, après une période de 30 ans, et si la dernière inhumation date d’il y a plus de 10 ans, une concession perpétuelle ou centenaire a cessé d’être entretenue, le Maire peut constater cet état d’abandon par procès-verbal porté à la connaissance du public et des familles. Si trois ans après cette publicité, la concession est toujours en état d’abandon, le Maire a le pouvoir de saisir le Conseil municipal, appelé à décider si la reprise de la concession est prononcée ou non.