Châtillon-sur-Loire
chatillo-sur-loire.com en français
english
ne
de
es

60 personnes de l’ex-canton de Châtillon vaccinées

Publié le 3 mars 2021

Organisée sous l’égide du conseil départemental et avec le concours des mairies du canton, la première séance de vaccination contre la Covid-19 s’est déroulée à Châtillon, à la satisfaction de tous.


Parmi les personnes sélectionnées : Antoinette, 82 ans, et Françoise, 84 ans, cherchées à leur domicile châtillonnais par une conseillère municipale, étaient en avance. Accueillies au centre socio-culturel par l’équipe de bénévoles constituée par Catherine Bourgoin, adjointe au Maire, elles ont gagné le poste d’accueil du conseil départemental dirigé par Marie-Pierre Le Men. Une fois vérifié leur nom sur la liste des futurs vaccinés, elles ont rempli un court questionnaire de santé à présenter au médecin mandaté par le conseil départemental, qui donne son aval à la vaccination. Elles ont, ensuite, été reçues par une infirmière chargée de vacciner dans l’un des deux barnums installés dans la salle par l’équipe du chef des services techniques, Christophe Macé.
Un circuit dans la salle leur a permis, après la vaccination, d’aller s’asseoir dans un espace de détente pendant vingt minutes, temps nécessaire à leur surveillance après l’injection.
Pendant tout le circuit, les conseillères municipales bénévoles et le docteur Weil-Picard, référent communal, leur ont offert une petite collation. Elles pouvaient, comme les 58 autres personnes, bénéficier d’explications sur le vaccin, ses éventuels effets secondaires et son efficacité en termes d’immunité, quinze jours après l’injection de la première dose.
Soixante personnes venant de tout le canton et souvent amenées par des bénévoles dont la maire de Cernoy, Micheline Marquet, ont été ainsi vaccinées au cours de la journée. Aucune n’a présenté de réactions particulières.
Malgré le contexte grave, ce moment singulier a été une réussite. Le président du conseil départemental, Marc Gaudet, et le maire de la commune, Emmanuel Rat, accompagnés d’autres élus dont Nadine Quaix et Michel Lechauve, conseillers départementaux, ont honoré de leur présence le début de la journée. Le Président s’est montré satisfait de cette opportunité offerte aux Loirétains, même si, bien sûr, elle reste limitée. Pour autant, c’était une bonne occasion de vacciner les personnes âgées isolées familialement et numériquement et, donc, dans la difficulté d’obtenir un rendez-vous au centre de vaccination de Gien.
La seconde dose du vaccin Pfizer leur sera administrée le 26 mars prochain, au même endroit et suivant le même protocole d’organisation.
D’ici là, souhaitons aux personnes âgées et à risques, la possibilité d’obtenir un rendez-vous pour se faire vacciner. Et souhaitons que la population puisse enfin atteindre le seuil d’immunité collective pour que le cours de la vie reprenne normalement...


Bonne année à tous !

Publié le 6 janvier 2021

Si cette année 2020 n’a pas fait l’unanimité et qu’elle restera longtemps dans les esprits de chacun, souhaitons que cette année 2021 rime avec réussite, renouveau, projets, stabilité, joie, bonheur et santé ! Soyons positifs, bientôt l’année 2020 ne sera qu’un lointain mauvais souvenir ! Belle et heureuse année à tous !


Il est 18h45, ce dimanche 27 décembre quand le Docteur Weil-Picard est contacté sur son téléphone portable par une de ses patientes : sa belle-fille vient de perdre les eaux. Après s’être d’abord dit qu’ils s’affolaient, le médecin décide de s’y rendre
Il arrive donc quelques minutes plus tard dans la rue du Cimetière, où vivent Stéphanie et Sébastien, les parents.
Ensuite, tout se passe très vite !
A l’arrivée du médecin, l’accouchement est imminent. La pièce principale du logement des parents est assez étroite. “Il faut faire de la place, jeter tout”, c’est ce que Sébastien, le papa, a dit aux pompiers.
Il en rigole aujourd’hui. Pour lui, le plus important c’était que l’accouchement se passe dans les meilleures conditions. La fille de Stéphanie et Sébastien est née à 19h25, le dimanche 27 décembre à Châtillon sous les yeux émerveillés de sa grand-mère, des pompiers et du Docteur Weil-Picard. “Le bébé était tout rose, beau comme un cœur et étonnamment présent", nous confie avec émotion ce dernier.
Quelques minutes après la naissance, le Samu est arrivé sur place suivi par le Docteur Catherine Bourdeaux qui prendra en charge la maman avec la douceur qu’on lui connaît. L’enfant pèse 2,420 kg. Avec sa maman, elles sont conduites à l’hôpital de Gien.
“Je n’ai pas pu monter avec elles mais j’ai suivi”, explique le jeune papa, pressé de retrouver ses “deux amours”.
Nous avons eu la chance de recueillir les impressions du papa, Sébastien Picault qui s’apprêtait ce jour à se rendre à la Mairie pour déclarer la naissance de son enfant. “Un bébé né à Châtillon, ce n’était pas arrivé depuis 7 ans”, nous confie Christèle Laurier, secrétaire de Mairie chargée de l’Etat-civil. Pour elle, ce sera la première fois ! La toute première fois qu’elle enregistrera une naissance à Châtillon et qu’elle remettra un livret de famille aux parents.
Le papa, lui, est aux anges ! Il a eu la chance d’assister à l’accouchement de sa compagne du début à la fin. Il a assisté les pompiers, arrivés juste après le Docteur Weil-Picard et soutenu Stéphanie pendant tout le travail et l’accouchement.
“C’était une mission de folie ! Quel timing et quelle émotion !”, s’exclame-t-il.
Depuis le matin, sa compagne avait des contractions plutôt espacées, ils ont donc décidé de ne pas s’inquiéter et d’attendre. Et voilà qu’en fin d’après-midi, les contractions se sont rapprochées de plus en plus en quelques minutes, à tel point que la maman sentait la tête arriver. Il n’était donc plus question de se rendre en voiture à l’hôpital à ce moment-là.
Sébastien a décidé d’appeler les pompiers et sa maman, venue de suite. C’est elle qui a prévenu le Docteur Weil-Picard.
“Tout s’est ensuite enchaîné à une vitesse folle mais tout le monde est resté serein. Notre fille est née quelques minutes après l’arrivée du médecin”, explique Sébastien.
Cette naissance, tout le monde en parle dans la ville. “Nous sommes des gens très discrets et là, quand je vais quelque part, les gens me demandent si c’est chez moi que cela s’est produit, me félicitent. Des journalistes m’ont téléphoné”, sourit-il.
Sidonie est en parfaite santé, elle est actuellement au service maternité de l’hôpital de Gien, avec sa maman. Elles devraient sortir toutes les deux demain ou jeudi et rejoindre leur petit cocon familial.
Un inoubliable cadeau de Noël pour les parents, la famille et tous ceux qui ont assisté à cette naissance. Un moment qui nous rappelle que, malgré les difficultés de cette année 2020, la vie et la joie l’emportent toujours !


La petit Sidonie est née dimanche 27 décembre, à Châtillon !

Publié le 30 décembre 2020

C’est l’histoire mignonne de cette fin d’année : Sidonie est née, chez elle, rue du Cimetière à Châtillon, le dimanche 27 décembre à 19h25.


Il est 18h45, ce dimanche 27 décembre quand le Docteur Weil-Picard est contacté sur son téléphone portable par une de ses patientes : sa belle-fille vient de perdre les eaux. Après s’être d’abord dit qu’ils s’affolaient, le médecin décide de s’y rendre
Il arrive donc quelques minutes plus tard dans la rue du Cimetière, où vivent Stéphanie et Sébastien, les parents.
Ensuite, tout se passe très vite !
A l’arrivée du médecin, l’accouchement est imminent. La pièce principale du logement des parents est assez étroite. “Il faut faire de la place, jeter tout”, c’est ce que Sébastien, le papa, a dit aux pompiers.
Il en rigole aujourd’hui. Pour lui, le plus important c’était que l’accouchement se passe dans les meilleures conditions. La fille de Stéphanie et Sébastien est née à 19h25, le dimanche 27 décembre à Châtillon sous les yeux émerveillés de sa grand-mère, des pompiers et du Docteur Weil-Picard. “Le bébé était tout rose, beau comme un cœur et étonnamment présent", nous confie avec émotion ce dernier.
Quelques minutes après la naissance, le Samu est arrivé sur place suivi par le Docteur Catherine Bourdeaux qui prendra en charge la maman avec la douceur qu’on lui connaît. L’enfant pèse 2,420 kg. Avec sa maman, elles sont conduites à l’hôpital de Gien.
“Je n’ai pas pu monter avec elles mais j’ai suivi”, explique le jeune papa, pressé de retrouver ses “deux amours”.
Nous avons eu la chance de recueillir les impressions du papa, Sébastien Picault qui s’apprêtait ce jour à se rendre à la Mairie pour déclarer la naissance de son enfant. “Un bébé né à Châtillon, ce n’était pas arrivé depuis 7 ans”, nous confie Christèle Laurier, secrétaire de Mairie chargée de l’Etat-civil. Pour elle, ce sera la première fois ! La toute première fois qu’elle enregistrera une naissance à Châtillon et qu’elle remettra un livret de famille aux parents.
Le papa, lui, est aux anges ! Il a eu la chance d’assister à l’accouchement de sa compagne du début à la fin. Il a assisté les pompiers, arrivés juste après le Docteur Weil-Picard et soutenu Stéphanie pendant tout le travail et l’accouchement.
“C’était une mission de folie ! Quel timing et quelle émotion !”, s’exclame-t-il.
Depuis le matin, sa compagne avait des contractions plutôt espacées, ils ont donc décidé de ne pas s’inquiéter et d’attendre. Et voilà qu’en fin d’après-midi, les contractions se sont rapprochées de plus en plus en quelques minutes, à tel point que la maman sentait la tête arriver. Il n’était donc plus question de se rendre en voiture à l’hôpital à ce moment-là.
Sébastien a décidé d’appeler les pompiers et sa maman, venue de suite. C’est elle qui a prévenu le Docteur Weil-Picard.
“Tout s’est ensuite enchaîné à une vitesse folle mais tout le monde est resté serein. Notre fille est née quelques minutes après l’arrivée du médecin”, explique Sébastien.
Cette naissance, tout le monde en parle dans la ville. “Nous sommes des gens très discrets et là, quand je vais quelque part, les gens me demandent si c’est chez moi que cela s’est produit, me félicitent. Des journalistes m’ont téléphoné”, sourit-il.
Sidonie est en parfaite santé, elle est actuellement au service maternité de l’hôpital de Gien, avec sa maman. Elles devraient sortir toutes les deux demain ou jeudi et rejoindre leur petit cocon familial.
Un inoubliable cadeau de Noël pour les parents, la famille et tous ceux qui ont assisté à cette naissance. Un moment qui nous rappelle que, malgré les difficultés de cette année 2020, la vie et la joie l’emportent toujours !


Joyeuses fêtes

Publié le 23 décembre 2020

Nous avons passé une année éprouvante et nous allons passer des fêtes dans cette atmosphère toujours très difficile pour nous tous. Aussi, il est important de se soutenir et de se dire que nous vivrons des jours bien meilleurs !
Pendant cette année, comme depuis six ans, j’ai essayé de vous informer au mieux, de vous offrir un service de qualité grâce au site Internet et j’espère y être parvenue.
Je tiens à tous vous remercier pour votre gentillesse, pour vos petits mots après la parution des articles, qui me touchent et me vont droit au cœur.
Je tiens à vous souhaiter de très belles fêtes de fin d’année et, peu importe le contexte, riez, amusez-vous, chantez, dansez, profitez de ceux que vous aimez tout en respectant les recommandations sanitaires. C’est possible !
Alors à bientôt et joyeux Noël !


Pas de Téléthon à Châtillon, mais pourquoi pas un don ?



Publié le 25 novembre 2020

Depuis plus de 15 ans maintenant, une équipe de bénévoles se mobilise chaque année à Châtillon, dans le cadre du Téléthon. Cette année a vu s’annuler de nombreux événements et le Téléthon n’aura malheureusement pas lieu. Pour autant, vous pouvez continuer de soutenir et de défendre cette belle cause !

Annie Dussault et Martine Rougemaille sont les deux figures emblématiques du Téléthon à Châtillon. Toutes deux touchées personnellement par le handicap, elles n’ont jamais manqué une édition de l’événement national porté par l’AFM (Association Française contre les Myopathies). Cette année, il est impossible, en raison de la crise sanitaire, pour elles et les autres bénévoles d’organiser un événement qui rassemble, c’est pourquoi, elles tiennent à rappeler que les malades, les chercheurs et l’Association ont toujours besoin de vous et de votre soutien. A Châtillon, chaque année, entre 3000 et 4000 euros sont récoltés pour le Téléthon grâce aux associations, aux commerçants, artisans et à tous les bénévoles.c
Cette année, même si vous ne pouvez pas participer à l’événement, vous avez la possibilité de faire un don via le 3637 ou par Internet. Les dons permettent aux essais thérapeutiques de se poursuivre.
“La mobilisation de tous est plus que jamais nécessaire. Les premiers traitements sont là, de nombreux essais thérapeutiques sont ou vont être lancés. La révolution médicale est en marche”, ajoutent Martine et Annie.
Ce combat, l’AFM le mène avec les familles, les malades et les bénévoles depuis plus de 30 ans. Alors, on compte sur vous !



“Mes perles à moi” : des pierres pour soulager vos maux !



Publié le 25 novembre 2020

Depuis quelques mois, une nouvelle entreprise a vu le jour à Châtillon. “Mes perles à moi” propose des portes-ouvertes tous les 15 jours pour découvrir les pierres et le bien-être grâce à la lithothérapie.

Mélanie Bonsens et Mathieu Levasseur sont à la tête de l’entreprise de lithothérapie “Mes Perles à moi”. Récemment installés à Châtillon, ils ont décidé de partager avec les habitants leur passion pour les pierres fines qui soulagent.
C’est Mathieu qui a converti Mélanie à cette médecine douce. Il a, lui-même, utilisé le pouvoir des pierres pour ses propres maux.
Mathieu est autodidacte : il s’est beaucoup documenté, a effectué de nombreuses recherches et aujourd’hui, il veut transmettre cette passion.
Tous les 15 jours, à leur domicile, Mélanie et Mathieu ouvrent leurs portes. Ils ont un large choix de pierres. Il y a celles que tout le monde connaît : l’Améthyste, le Cristal de roche ou encore le Quartz rose mais aussi la Citrine, la Tourmaline, moins connues mais chargées de vertus. En massages, en élixir ou en les portant simplement, il y a de nombreuses façons de les utiliser. Mélanie et Mathieu ont hâte de pouvoir reprendre leur activité, interrompue avec le confinement, de vous recevoir chez eux pour vous conseiller et vous en apprendre un peu plus sur ces trésors naturels. Ils ne se contentent pas de vendre les pierres qu’ils commandent, ils fabriquent toutes sortes d’objets : colliers, bracelets, horloges. “Si on a l’autorisation de rouvrir, il y aura même des nouveautés pour Noël”, sourient-ils.
En attendant, ils continuent les ventes via Internet sur leur site et/ou leur page Facebook : www.mesperlesamoi.fr / Mes perles à moi (Facebook).
A terme, ils aimeraient ouvrir une boutique à Châtillon et sont d’ailleurs en train de faire des recherches. Tous deux sont ravis de l’intérêt des habitants pour leur entreprise et font le maximum pour satisfaire et répondre à la demande même en ces temps difficiles.
Pour Noël, ils ont fabriqué un calendrier de l’avent très original avec 22 pierres et deux surprises au prix de 59,90 euros. Ils vont également proposer une loterie avec une parure d’une valeur de 30 euros à gagner. Cette parure comprend : un bracelet, une bague, un pendentif et une paire de boucles d’oreilles.
Pensez à eux pour vos cadeaux de fin d’année, tous les petits commerçants ont besoin de votre soutien en cette période.



Un court-métrage tourné par de jeunes Châtillonnais...



Publié le 11 novembre 2020

Trois jeunes Châtillonnais font parler d’eux ! Depuis quelques jours, un court-métrage a été posté sur les réseaux et, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a du succès !

1342 : c’est le nombre de vues obtenues par Sébastien Marion, Rémy Marion et Benoît Chauvet ! Ces trois jeunes de, respectivement, 23, 20 et 20 ans font, en ce moment, le buzz à Châtillon avec leur court-métrage : “La Vengeance”.
Un court-métrage mis en ligne la semaine dernière sur Youtube et partagé ensuite par Sébastien, le réalisateur du film sur sa page de vidéos amatrices : SM Studio.
Les vidéos, les petits films, ils font ça pour s’amuser depuis tous petits. Amateurs mais passionnés, ils ont eu envie de faire une vidéo plus longue que les précédentes mais aussi d’un niveau technique au-dessus des précédentes.
Rémy et Sébastien, les deux frères et Benoît, leur cousin, adorent s’amuser à créer des scénarios et à jouer un jeu. Jusqu’ici, ils ne montraient leurs vidéos qu’à leurs proches mais, cette fois-ci, ils ont décidé de la mettre en ligne sur Youtube et de la partager ensuite sur “Le Groupe des Châtillonnais”. Pari réussi !
La vidéo a été regardée, partagée et très appréciée !
“On s’est dit que ça allait faire un flop, que personne n’allait regarder. C’est une vidéo amateure ! Et finalement, ça a plu. On n’imaginait pas que les gens soient si réceptifs”, sourit Sébastien.
Pour réaliser ce petit film, il leur a fallu un mois de travail, voilà de quoi occuper leurs vacances d’été puisque c’est pendant le mois de juillet que la petite famille s’est retrouvée à Châtillon. Le tournage a duré cinq jours puis il y a eu le montage réalisé par Sébastien.
Le jeune homme redouble d’imagination puisque c’est lui qui a entièrement créé le scénario. Un scénario où braquage et vengeance vont de pair, tourné à la dérision.
- Benjamin convainc Sébastien et Rémy de participer, avec lui, à un braquage. Ce dernier vire au drame et le directeur de la banque est blessé.
Les trois hommes s’enfuient, Benjamin tue Sébastien et prend la fuite avec l’argent. Pendant ce temps, Rémy est jugé seul coupable du braquage. Après cinq ans de prison, il n’a qu’une seule idée en tête : se venger ! -
Ils sont tous les trois unanimes : “On ne s’est pas du tout pris au sérieux, on a vraiment rigolé pendant le tournage, c’était une super expérience”.
Leur petit plus : le tournage a été fait sans que personne ne soit averti.
“Quand on croisait des gens, on enlevait nos cagoules, on rangeait nos pistolets en plastique. Bon, on a essayé de tourner dans des endroits où il y a peu de passage, on a grandi à Châtillon, on connaît bien les coins tranquilles”, ajoutent les trois acteurs.
Maintenant qu’ils ont passé le cap de publier leur vidéo, ils ne comptent pas s’arrêter là et projettent déjà d’en refaire de nouvelles et de les publier. Ils fourmillent d’idées pour les scénarios à venir et on a hâte de les découvrir dans de nouveaux rôles.

La vidéo est en ligne en bas de cette page !


Huit ans d’existence et mille abonnés au “Groupe des Châtillonnais” !



Publié le 11 novembre 2020

“Le Groupe des Châtillonnais” rassemble désormais 1000 membres. Devenu incontournable, il permet de diffuser de nombreuses informations culturelles et pratiques et est ouvert à tous !

C’est en 2012 que Kévin Merlot, habitant de Châtillon, a décidé de créer “Le Groupe des Châtillonnais”. Un groupe Facebook qui laisse la parole à ceux qui y sont adhérents.
C’est dans ce but que Kévin l’a créé, il y a huit ans : “L’idée première était de promouvoir la culture et de mettre en avant l’économie locale”, explique-t-il.
Aujourd’hui, le groupe sert aussi à partager des informations pratiques, à trouver des réponses, à exprimer des opinions. En d’autres termes, à servir l’intérêt général.
Depuis sa création, le groupe n’a cessé d’attirer toujours plus de nouveaux membres pour atteindre aujourd’hui le nombre de mille.
Les membres sont, essentiellement, des Châtillonnais ou des personnes qui ont un lien étroit avec la Commune : 426 membres habitent à Châtillon, les autres sont, pour la plupart, des habitants du canton ou des communes alentour. Néanmoins, près de 10% des adhérents ne sont pas de la Région, la plupart de ceux-là sont des parisiens.
Kévin tient à le rappeler : “Le Groupe des Châtillonnais n’est pas un espace de vente, d’autres groupes Facebook le permettent”. Ici, on est là pour donner son avis, débattre de divers sujets, échanger, confronter ses idées, toujours dans le respect d’autrui.
Ce groupe permet aussi aux acteurs culturels d’exister et de relayer leurs créations et leurs réalisations, un moyen, surtout en cette période difficile, de continuer à exister.
Il est aussi un outil incontournable pour les commerçants qui peuvent y partager des informations concernant leurs établissements, leurs nouveautés et les relayer auprès d’un maximum de personnes. N’oublions pas que les publications peuvent être partagées sur les Facebook personnels de chacun, ce qui élargit considérablement la portée des messages diffusés sur le support.
Ces derniers temps, avec la crise sanitaire, les demandes d’adhésion ont grimpé.
“J’imagine que les gens cherchent des renseignements, veulent rester informés et se tenir au courant”, précise Kévin. En quelques semaines, le groupe a gagné près de 300 membres N’oublions pas que pendant le 1er confinement en mars, le groupe a été un outil très utilisé pour relayer les informations quant à l’état de santé de nos élus et aux dispositions gouvernementales.
En y interrogeant les membres, on voit bien que tout le monde y trouve son compte : particuliers, professionnels, élus. Pour tous, ce groupe a un côté pratique où l’on peut côtoyer une communauté sympathique et agréable. !


Retour sur la vie de Marthe Bouchard-Dézarnaulds

Marthe Bouchard, la fille de Pierre Dézarnaulds, figure emblématique du Giennois, est décédée le mercredi 5 juin à Toulouse dans sa 101ème année. Retour sur le parcours d’une femme de caractère !

Marthe est née en 1918, pendant la Guerre. Elle a passé sa jeunesse entre Gien et Pierrefitte et s’est ensuite mariée à M. Fontaine, a divorcé puis s’est remariée avec Jean-Claude Bouchard, le disquaire de l’époque à Gien.
Avec son époux, elle a vécu à Pierrefitte, village où son père a lui aussi vécu et est enterré.
Ce grand homme a d’abord été médecin puis chirurgien à Gien. Il est, par la suite, devenu maire de Gien puis conseiller général du Loiret après avoir été secrétaire d’Etat dans le gouvernement de Léon Blum en 1936.
Marthe a suivi ses traces et s’est investie tant qu’elle a pu pour ses convictions. Elle a été infirmière au service de chirurgie de l’hôpital provisoire de Gien pendant la seconde guerre Mondiale et s’est engagée dans la Résistance.
Elle fût la première assistante sociale de Gien et est à l’origine de l’Université de temps libre pour le 3ème âge.
Elle a également été présidente de l’Association des aides à domicile du Canton de Châtillon-sur-Loire. Jeanne Berton, son amie, Maire honoraire de Cernoy, lui a succédé et se souvient très bien de cette femme pour qui elle avait beaucoup d’estime.
“Nous avons partagé beaucoup de moments, nous étions voisines à Pierrefitte. Elle venait souvent manger à la maison. Nos parents étaient amis de longue date”.
Si pour des raisons de santé, son amie ne pourra pas être à l’enterrement qui aura lieu le mercredi 12 juin à 15 heures au cimetière de Pierrefitte-ès-Bois, elle y sera avec tout son cœur, nous a-t-elle confié.
Elle, qui fait partie de l’Association des “Amis de Pierre Dézarnaulds”, sera associée à tous ceux qui ont connu cette famille pour rendre un dernier hommage à Marthe, une femme de caractère, courageuse, combative.


A la commémoration de l'Armistice du 8 mai

La commémoration de l'Armistice de la seconde Guerre mondiale a été célébrée grâce à l'investissement de chacun. Si la météo a été plus que défavorable, l'hommage a, lui, été fort.

Les parapluies étaient au rendez-vous de cette commémoration du 8 mai qui annonçait, il y a 74 ans, la fin d'une terrible guerre.
Guerre dont les anciens se rappellent et que les plus jeunes ont découverte dans leurs livres d'Histoire, à l'école. A l'école de Châtillon, justement, Christophe Reynaud, le Directeur, tient à associer ses élèves à l'hommage rendu aux victimes lors des commémorations.
Ainsi, malgré la pluie, une dizaine d'enfants, toutes classes primaires, ont participé au défilé. Au départ de la Mairie et emmené par "L'Union musicale", le cortège s'est rendu en direction du Monuments aux morts.
La Gendarmerie, les pompiers, les porte-drapeaux, les anciens combattants et les membres du Conseil municipal étaient aux côtés du Maire.
Le premier magistrat de la Ville a prononcé une allocution en hommage aux disparus. Les enfants ont, ensuite, chacun à leur tour, lu un paragraphe du texte travaillé à l'école. Ce texte retraçait l'histoire de la guerre 39-45. Ils ont mis beaucoup de coeur dans leur prestation malgré le stress bien présent et la pluie incessante.
Pour les musiciens, la pluie n'était pas non plus de bonne compagnie. Les instruments n'aiment pas vraiment ça. C'est pour cette raison que le Maire a pris la décision de ne pas faire le tour de la Ville et de rejoindre directement la Mairie.
Là, les enfants ont à nouveau récité leur texte.
André Bonnand, ancien combattant pendant la guerre d'Algérie, a reçu la médaille du mérite. Une émotion vive pouvait se lire sur son visage.
Les enfants ont, ensuite, reçu des paquets de bonbons et l'ensemble du cortège a été invité à partager un vin d'honneur.


A vos hébergements pour loger les ouvriers des centrales nucléaires



Les centrales nucléaires de Belleville et de Dampierre vont connaître dès le mois de juin 2019 et ce, pour une dizaine d’années, un programme industriel très dense, appelé par EDF “Grand carénage”. A Châtillon comme aux alentours, EDF invite les hébergeurs à se faire connaître et à s’inscrire sur leur site, prévu à cet effet.

Le mardi 16 avril, Emmanuel Rat, le Maire et pilote du groupe de travail “Hébergements et logistique” au sein de l’ICC (Instance Régionale de Concertation et de Coordination) présentait la programmation prévisionnelle du nombre de salariés attendus pour ces travaux de maintenance d’une ampleur jamais atteinte.
Il était accompagné d’Isabelle Bezard, Directrice des services au sein de la Préfecture et de Hamidou Boucetta, chargé de pilotage de cette opération pour la Préfecture du Loiret.
Afin de référencer au mieux les hébergements, EDF invite les hébergeurs à se déclarer sur le portail : www.portail-hebergement.fr. L’accès à ce portail est gratuit. Aussi, les hébergeurs doivent préalablement se déclarer en Mairie.
Pour cette modernisation des quatre centrales nucléaires de la Région, trois groupes de travail ont été créés par le président de la Région, François Bonneau et le préfet du Loiret, Jean-Marc Falcone :
• Un groupe qui traite du développement économique. En effet, la présence de milliers de personnes supplémentaires sur le territoire va ouvrir des portes aux artisans, commerçants.
• Un groupe où l’emploi et les compétences sont abordés. Comment permettre aux personnes en recherche d’emploi de bénéficier de formation, par exemple. La création de nouveaux emplois pour d’autres.
• Un groupe accueil et hébergements, celui-là même sur lequel portait la réunion de ce jour.
Ce dernier groupe est essentiel car, comme l’a souligné le Maire, Emmanuel Rat “On n’a jamais vu autant de personnes arriver d’un seul coup”.
Dans notre Région, nous sommes habitués, pendant les arrêts de tranche (réacteur) à voir une hausse des demandes d’hébergements mais, celle-ci, sera beaucoup plus importante que d’habitude et il faut s’y préparer.
Près de 3500 personnes sont attendues de juin à octobre 2019 et d’avril à novembre 2020 sur les deux sites confondus mais Belleville sera, de loin, celle où il y aura le plus de monde.
A Châtillon, le camping est déjà complet : “Nous sommes obligés de refuser du monde”, explique Emmanuel Rat.
Actuellement, sur le site qui regroupe les hébergements pour EDF, 4700 lits sont référencés mais, cela ne sera pas suffisant puisqu’il faut compter les touristes qui affectionnent la Région grâce à la Loire à vélo. EDF invite donc tous ceux qui possèdent des hébergements à les rendre visible.
“Ce n’est pas un effort gratuit, c’est un effort avec une retombée économique”, souligne le Maire.
Cette modernisation et l’arrivée d’autant d’ouvriers est une aubaine pour la Région qui va connaître un essor économique important.
En priorité, les caractéristiques recherchées par les ouvriers pour choisir un hébergement sont les suivantes :
• La proximité de leur lieu de travail, la proximité des commodités, la Wifi, le prix attractif et un lave-linge.
Les particuliers qui souhaiteraient louer une chambre de leur habitation peuvent aussi s’inscrire sur le site. Evidemment, ce site n’a pas le monopole, c’est un outil supplémentaire pour donner de la visibilité. Mais les agents consultent aussi les tours opérateurs qu’ils connaissent parfaitement.



Dans le pré on trouve l’amour et... le “Food-truck”



Vous les aviez découverts dans la saison 5 de "L'Amour est dans le pré" diffusée sur M6, Emmanuelle et Yoann sont toujours amoureux et heureux. Ils se lancent dans une nouvelle aventure : un "Food-truck" pas comme les autres !

Si vous avez eu l'occasion d'aller chiner à la brocante "Recy'clean" installée dans la zone artisanale des Champtoux ces deux derniers week-ends, vous avez certainement aperçu un camion installé sur le parking.
Emmanuelle et Yoann, deux Pierrefittois, ont décidé de créer leur "Food-truck", "Le Pré de Mely". Yoann est agriculteur céréalier, Emmanuelle est passionnée de cuisine depuis son plus jeune âge et ils ont deux adorables petites filles de 7 et 5 ans, Lise et Eva.
Un bon mélange de tout ça et ils ont créé le nom de leur nouvelle enseigne, un concept bien à eux.
Pendant 15 ans, Emmanuelle a été assistante de direction et pourtant toujours passionnée par la cuisine. A la maison, elle ne se lasse pas de préparer de bons petits plats pour sa famille.
Animée par l'envie d'être son propre patron et par cette cuisine qu'elle affectionne tant, elle a décidé de se lancer dans ce nouveau projet, il y a environ trois ans.
En premier lieu, elle a souhaité prendre des cours par correspondance pour obtenir un CAP cuisine, rien ne l'oblige à l'avoir pour tenir son "Food-truck" mais "je voulais avoir une certaine légitimité", explique-t-elle.
Après avoir mûri l'idée, "Le Food-truck" est apparu comme une évidence. Le fait d'être libre, d'aller vers les gens était pour elle, essentiel.
Elle avait décidé de ne commencer que cet été mais, voilà, son projet a tellement plu que la centrale de Belleville-sur-Loire lui a demandé de s'installer et d'être prête pour le mois de mai.
Depuis 15 jours donc, elle prend un peu la température à Châtillon, ville qu'elle affectionne beaucoup et où sont scolarisées ses deux filles. C’est là qu’elle fait découvrir son “Pré”, dans des barquettes. Là aussi, elle a choisi de ne pas faire comme tout le monde et de bannir le plastique. Les barquettes dans lesquelles les plats sont servis sont biodégradables.
Côté cuisine, Emmanuelle connaît bien son sujet. Elle qui a vécu 15 ans sur l'île de La Réunion connaît tous les secrets du Cari. Elle maîtrise aussi bien la cuisine italienne puisqu'elle en est originaire. Samedi dernier, par exemple, elle proposait, comme plat, des lasagnes maison, évidemment.
Dans leur "Food truck", Emmanuelle et Yoann servent une cuisine simple et familiale avec des produits du terroir, des circuits courts pour la plupart et uniquement de saison. Et, ils n'achètent que des produits français.
Vous ne trouverez donc pas de tomates ou de concombre au menu, en cette saison.
Tous deux sont épanouis et ravis des retours de la clientèle. Ils seront sur le marché de Briare le vendredi 5 avril et reviendront certainement à la brocante de Châtillon les prochains samedis.

La formule complète (plat-boisson-dessert) est à 12,50 euros.
La formule (salade ou quiche-boisson) est à 8 euros.

Mais vous pouvez aussi manger à la carte ce qui vous fait plaisir.
N'hésitez pas à réserver ou à vous renseigner au 06 50 81 83 80.



« Le Grand débat » : réactions plutôt mitigées !



Dans le cadre du « Grand débat national » engagé par le Gouvernement depuis le 15 janvier et jusqu’au 15 mars, les habitants des communes françaises ont la possibilité de s’exprimer par le biais de réunions d’initiatives locales. A Châtillon, l’événement a eu lieu le vendredi 22 février.

Une quarantaine de personnes dont Emmanuel Rat le Maire ; Gérard Galfano, premier adjoint et Catherine Letonnelier, adjointe à la Culture ont participé au « Grand débat national » encadré par Stéphane Letonnelier, délégué du Préfet à la politique de la Ville dans le Département du Cher et sapeur-pompier volontaire à Gien.
C’est autour du thème « L’Etat et l’organisation de ses services publics » que les personnes présentes ont pu débattre.
Avec un questionnaire à disposition, la charte et un guide, les personnes se sont installées par groupes de cinq ou six autour de tables rondes.
Première déception unanime : un thème imposé.
Pendant une trentaine de minutes, chacun a pu exposer ses idées, les argumenter et répondre aux questions posées par le Gouvernement sur un fiche individuelle.
Une personne du groupe était chargée de rapporter les échanges du groupe.
A l’unanimité encore, les participants ont fortement regretté le questionnaire.
J’ai, moi-même, participé à ce débat et pris le micro en tant que rapporteuse.
A ma table, une seule personne a choisi de remplir le questionnaire « imposé ». Ce que souhaitaient les citoyens : un vrai débat où de multiples sujets auraient pu être abordés.
Cependant, beaucoup de remarques et de propositions d’amélioration ont été faites notamment concernant les transports, presque inexistants dans nos communes rurales. Les administrations trop peu présentes dans nos campagnes, les cartes-grises réalisables uniquement sur Internet. La formation éventuelle, par des agents, à Internet.
Sans oublier la désertification médicale, les grandes difficultés pour rencontrer un spécialiste et obtenir un rendez-vous dans un délai correct sans faire des centaines de kilomètres.
Les Châtillonnais ont eu beaucoup à dire et ont exprimé leur insatisfaction à de nombreux niveaux… Un second débat pourra être envisagé à la demande des habitants, mais il ne reste plus beaucoup de temps étant donné que le débat sera clos en date du 15 mars.



Aux voeux du Maire

Le lundi 28 janvier, Emmanuel Rat, le Maire, conviait ses administrés au Centre socio-culturel pour la cérémonie des voeux. Salle archi-comble et une bonne touche d’humour, comme toujours !

La cérémonie des voeux a débuté assez tristement. Le Maire a tenu à rendre hommage à Patrick Desbois, le Maire de Beaulieu, disparu une semaine plus tôt. L’assistance a observé une minute de silence en sa mémoire.
« C’était une personne avec un grand coeur », a confié Emmanuel Rat.
Il a, ensuite, rappelé les feux de poubelles volontairement allumés sur la Commune à l’automne. Il a tenu à souligner l’efficacité de la Gendarmerie qui a, très vite, identifié les malfrats.
Autre service public remercié : les pompiers. Ceux de Châtillon ont effectué 350 sorties cette année, presque une par jour. Le Maire a ainsi invité ceux qui le souhaitaient à s’engager comme bénévole auprès du Centre de secours. Alain Bertrand, le président de la Communauté de communes a été salué pour son investissement et sa disponibilité.
Les associations châtillonnaises ont été vivement remerciées : « On vous soutiendra toujours », a ajouté le Maire. Malgré les baisses de dotations de l’Etat, aucune des subventions versées aux associations n’a été supprimée ni revue à la baisse.
Une liste exhaustive de toutes les associations de la Commune avait d’ailleurs été préparée par les services de la Mairie et placée sur chaque chaise.
Idem pour les commerçants, artisans et professions libérales qui ont été référencés et à qui le Maire a apporté leur soutien. Il a ajouté qu’il était de notre devoir à tous de continuer à faire vivre les commerces de la Ville pour qu’ils perdurent.
Il a rappelé l’ouverture de deux nouveaux commerces dans la commune, à savoir : « Parfum de rose » tenu par Vanessa Beuchon et « Optique Châtillon » de Jacky Després.
« Favorisons notre Commune même si on aime bien entendu aussi, les autres », a-t-il souri.
Pour leur « travail remarquable », les acteurs du maintien à domicile ont, eux aussi, été remerciés par le Maire. « N’oublions pas que dans quelques années, ce sera sûrement à notre tour d’avoir besoin de leurs soins ». Il a rappelé l’importance d’une Maison médicale à Châtillon.
Ses pensées et voeux sont aussi allés vers les sans emploi, le CCAS (Centre communal d’action sociale), le personnel et les résidents de l’EHPAD des Prés.
Il a remercié les acteurs du fleurissement qui rendent la Ville plus belle et plus accueillante ainsi que l’ensemble du personnel communal qui assure le bon fonctionnement de la Commune et, bien entendu, l’ensemble de son Conseil municipal.
« Sans eux, je ne pourrais pas aller loin. C’est un travail d’équipe que nous réalisons pour le bien-être des habitants et le développement de la Commune ».
Il a également évoqué le débat national qui est, en ce moment, dans bon nombre d’esprits. « S’il faut faire un débat citoyen, je mettrai tout en oeuvre pour le faire. Il faut que nous essayions, ensemble, de sortir de cette crise ».

Ce qui a été réalisé en 2018 :

- L’amélioration de l’éclairage public avec le passage en LED de nombreux points lumineux. Ce projet se réalisera sur 12 ans.
- La réfection et l’isolation des bâtiments communaux
- Le revêtement de la route de Villiers
- L’inauguration de la route de Beaulieu
- La remise en état des maisons « Gitton » acquises par la Commune.
- Le PLUI (Plan local d’urbanisme intercommunal)
- La mise en place d’un centre des « Restos du coeur » dans la zone artisanale des Champtoux sous l’impulsion de la Communauté de communes et avec l’aide financière de l’Etat.

« L’année 2019 sera une grosse année », a annoncé Emmanuel Rat.
« On a fait des aménagements à l’écart du centre-Ville et à son détriment mais c’était un choix que nous assumons tous ensemble ».
Cette année sera donc transitoire puisqu’elle sera la dernière « grosse » année de remboursement des emprunts.
Après ça, les travaux du centre-Ville pourront commencer ! La plupart des études sont déjà faites ou en cours et elles vont se poursuivre cette année. Dans un premier temps ce seront la Grande rue, la place Saint-Anne et la rue du Glacis qui seront réhabilitées en eau, en électricité, en éclairage. Le reste suivra…
La Commune qui a fait l’acquisition de 6 hectares de terrains prévoit un lotissement derrière « Les Prés ». Les terrains ne seront pas vendus chers, l’intérêt étant d’attirer une nouvelle population nécessaire à l’essor de Châtillon.
Côté impôts, ils n’ont pas augmenté et n’augmenteront pas 2019. « D’après les chiffres, nous en sommes 1/ » en-dessous de la moyenne départementale ». Il fait donc bon vivre financièrement à Châtillon !
Le pont : nous vous en parlons chaque semaine. Les travaux sont en cours et continuent de bien avancer. Un vrai soulagement pour le Maire qui attend beaucoup de ce nouveau pont que ce soit d’un point de vue touristique comme d’un point de vue pratique pour les usagers et, évidemment, d’un point de vue sécuritaire.
Autre sujet important qui a fait débat cette année : la fermeture potentielle du bureau de Poste. Elle reste, après de multiples pétitions et lettres et l’intervention de Jean-Pierre Sueur, Sénateur, ouverte. Mais, avec des horaires restreints.
A terme, la Municipalité devra trouver une solution car comme le souligne le Maire : « il est impossible pour une Commune de près de 3200 habitants de ne pas disposer d’un bureau de Poste ».
Le recensement est en cours et le Maire a tenu à remercier toutes les personnes qui en ont la charge.
Pour cette année 2019, le Maire a formulé le voeu d’un emploi pour tous, d’un monde de paix, de tolérance et de respect. Il se dit prêt pour un nouveau mandat…

Jean-Pierre Sueur, Sénateur, a ensuite pris la parole.
Il a abordé le sujet de la Poste qu’il défend vivement : « C’est tellement important que le facteur continue d’arriver dans chaque maison de ce pays. On va devoir se battre. »
Il a salué l’investissement de la région Centre aux Maisons de santé. Sur le Loiret, 85 ont été financées, en partie, par la Région.
Il a terminé en souhaitant beaucoup de bonheur aux Châtillonnais.

Anne Leclerc, vice-présidente de la Région Centre-Val-de-Loire a souhaité à tous, une excellente année. Elle a mis en avant l’événement régional de cette année : le 500e anniversaire de la Renaissance et invité la population à se rendre aux diverses manifestations prévues sur tout le territoire. Elle a terminé en formulant le voeu que tous sachent se mobiliser pour vivre mieux, vivre mieux ensemble.

Claude De Gannay, Député, a commencé son discours en n’oubliant pas de transmettre le plaisir qu’il a de venir à Châtillon. « Titi, c’est toujours un plaisir de t’écouter et je suis ravi de voir que votre cohésion,à Châtillon, fonctionne bien au vue de la nombreuse assistance présente ».
Il a souhaité que 2019 soit une année d’apaisement, de discussion, d’échange mais qu’elle s’appuie sur des réalités pour mettre fin aux décalages. Enfin, il a souhaité que Châtillon continue à vivre avec le même esprit de conquête et d’optimisme.

Paul Laville, le sous-préfet du Loiret, a commencé son discours avec sa formule désormais habituelle à Châtillon : « Cher Titi ». Il a eu une pensée pour Patrick Desbois : « Je l’associais souvent à vous, cher Emmanuel. Quand vous entriez dans mon bureau, vous n’étiez plus maires mais avocats », a-t-il souri.
Il a énoncé les statistiques de mortalité sur les routes du Loiret qui sont en forte baisse : 45 morts cette année.
Il a salué l’action menée auprès des « Restos du coeur » par Alain Bertrand, le président de la Communauté de communes.
Il a invité chacun à aimer notre territoire et à le défendre.

Tout le monde a ensuite été invité à partager le verre de l’amitié et la galette des rois. L’occasion aussi de discuter et d’échanger…