Châtillon-sur-Loire
chatillo-sur-loire.com en français
english
ne
de
es

Un nouveau visage pour le site Internet

Comme vous l’avez peut-être remarqué, le site Internet s’est fait une petite beauté. Depuis 15 jours, c’est sur une toute nouvelle page que vous arrivez en vous connectant à chatillon-sur-loire.com.

La page d’accueil a été entièrement revue et les quelques 400 pages du site également. Le nouveau site que nous vous proposons est entièrement responsive c’est-à-dire qu’il s’adapte à n’importe quel outil ou support depuis lequel vous vous connectez. Son utilisation en est donc facilitée et vous pouvez voir l’intégralité de la page d’accueil en faisant glisser vers le bas. Plus besoin de décaler de droite à gauche !
Nous vous proposons désormais un calendrier pour les manifestations à venir ainsi qu’un moyen plus facile d’accéder aux pages services et aux associations grâce à un menu déroulement aux choix multiples. Les pages ont été revues et vous trouvez à droite de chacune d’entre elles les informations pratiques, les articles se trouvent désormais sur la gauche.
Le menu a, lui aussi, été intégralement revu pour faciliter vos recherches.
Le bandeau dont vous aviez l’habitude en haut de la page « Informations pratiques » est devenu un onglet dans le lequel vous retrouvez les arrêtés, les assemblées générales, les informations ponctuelles urgentes ainsi que les permanences.
Ce nouveau site a été réalisé par standesign.fr et moi-même avec le pilotage de la Commission culturelle du Conseil municipal, soucieux de vous offrir des services toujours plus adaptés et pour vous permettre une meilleure utilisation.
Nous vous souhaitons une bonne visite et nous sommes prêts à recevoir vos remarques. Pour se faire, vous pouvez me contacter en cliquant sur « contacter la rédaction ».
A bientôt et, n’hésitez pas à nous transmettre vos flyers, affiches, informations afin de les communiquer sur le site.

Un nouveau visage pour le site Internet




Non à la fermeture du bureau de poste

L’année dernière, la Municipalité apprenait l’annonce de fermeture de la Poste. Depuis, elle a entrepris des démarches pour conserver ce bureau de poste, le seul qui demeure encore dans l’ancien canton de Châtillon et qui sert les 6 communes qui y étaient attachées.

Le 26 juillet dernier, la Poste proposait, par un courrier, une solution de partenariat avec la Commune sous la forme d’Agence postale communale ou d’un Relais poste commerçant. En effet, l’année passée, La Poste avait annoncé la fermeture prochaine du bureau de poste à Châtillon, pas assez fréquenté selon leurs dires.
A l’époque, l’ensemble du Conseil municipal s’était fermement opposé à cette annonce et l’avait fait savoir. Aujourd’hui encore, la Municipalité s’y oppose ainsi qu’aux propositions citées plus haut.
La Commune avait un délai de 2 mois pour répondre à la proposition de la Poste soit jusqu’au 26 septembre. La Mairie a souhaité demander un délai supplémentaire d’un mois par le biais de deux courriers restés, à ce jour, sans réponse.
Le Conseil municipal après s’être réuni et en avoir délibéré continue de s’opposer à la fermeture du bureau de poste mais également à son changement de statut. La motion adressée à la Poste et à la Préfecture ainsi qu’aux journaux locaux rappelle : « Nous avons noté que la fréquentation de ce bureau de poste, unique dans l’ex-canton de Châtillon, est plus importante qu’on ne voudrait le laisser croire. Les statistiques de fréquentation de notre bureau châtillonnais sont effectivement faussées car nombreux sont les clients qui se voient invités par les conseillers financiers à se rendre à Briare pour l'étude de leur dossier. Les élus s’opposent également aux partenariats proposés car ils ne sauraient répondre aux besoins en termes de qualité comme de faisabilité. Un Relais Poste Commerçant est peu envisageable pour un commerçant de la commune dont ce n’est ni la fonction ni la capacité car il est, en premier lieu, préoccupé par son activité professionnelle propre qui occupe tout son temps.
Ouvrir une agence postale communale n’est pas plus raisonnable dans le contexte de baisse importante des dotations d’Etat. La Commune ne dispose plus, hélas, d’une marge financière suffisante pour envisager des dépenses de fonctionnement supplémentaires. En effet, une agence postale communale impliquerait des dépenses importantes en termes de personnels, de charges courantes, eau, ménage, assurances etc. sans compter la perte du loyer actuellement perçu auprès de la Poste (7200 euros annuel).
A noter, à cet égard, que la Commune avait déjà fait un effort conséquent en 2014, sur la demande expresse de la Poste, en se portant acquéreuse de l’ensemble du bâtiment de la Poste. A cette date, les services de la Poste, nous avaient assurés qu’en pratiquant de la sorte nous assurions la pérennité du service public de la Poste. Promesse oubliée ... aujourd’hui ! Pour toutes ces raisons, marquant leur volonté de maintenir le service public de proximité assuré par la Poste, les élus souhaitent le maintien du point de contact actuellement assuré par la Poste sur la Commune. »
Suite à l’envoi de ce courrier, le Maire, Emmanuel Rat, attend une réponse de la Poste. « Si celle-ci est négative, on lancera une pétition », précise-t-il.
La vie de la Ville dépend aussi, en partie, du maintient du bureau de poste. En effet, ceux qui souhaitent s’installer à Châtillon s’inquiètent, en premier lieu, des commodités. Difficile aussi pour les personnes âgées ne pouvant que peu ou pas se déplacer de se rendre à Briare, bureau de poste qui, à terme, lui aussi, pourrait peut-être fermer.
« Près de 6000 personnes bénéficient du bureau de poste de Châtillon, ce n’est pas rien » ; ajoute le Maire ».

Nous reviendrons, évidemment, sur le sujet dès que la Poste aura souhaité s’exprimer.



La fête de la Saint-Hubert célébrée au camping des Combles

L’ouverture de la chasse a été célébrée le dimanche 23 septembre au camping des Combles. La traditionnelle fête de la Saint-Hubert a rassemblé des centaines de personnes venues admirer le spectacle offert par le « Rallye Vouzeron ».

C’est par une messe que la fête des chasseurs a débuté. Messe à laquelle le public est venu en nombre. Dans la tradition, s’en est suivie une démonstration de « chasse à courre ». Pour l’occasion, les membres de l’équipage du « Rallye Vouzeron » dans le Cher avaient fait le déplacement. Jean d’Harcourt, le maître d’équipage, quatre de ses équipiers, leurs montures et pas moins d’une quarantaine de chiens (Poitevins) ont offert un spectacle de qualité, accompagnés par cors de chasse du « Bien-aller Briarois ».
Pendant près d’une heure, ils ont reconstitué une scène de chasse à courre. Du grand spectacle largement ovationné par le public séduit par la qualité de la représentation.
Pour la suite, la Communauté de communes Berry-Loire-Puisaye, organisatrice de l’événement, avait mis les petits plats dans les grands. Un vin d’honneur était offert, servi par un traiteur, tout comme le repas qui a suivi. Un repas de qualité, lui aussi, que près de 80 convives ont pu déguster.
Si la chasse est assez controversée, elle reste « un droit acquis par la France et pour lequel de nombreuses personnes se sont battues », tient à préciser Jean d’Harcourt. Lui qui depuis 40 ans est le maître d’équipage du « Rallye Vouzeron », à la tête d’une vénerie de 130 chiens et d’une quarantaine de personnes, toutes passionnées de chasse.
« Nous aimons les animaux, les grandes forêts, la nature et la liberté », ajoute le Marquis. Une tradition qui offre aussi du travail puisque rien qu’au « Rallye Vouzeron », quarante personnes sont employées.
Il vaut peut-être mieux traverser la forêt que la rue…



Les voitures anciennes s’exposent à Mantelot

Cette année, pour les journées du Patrimoine, la Municipalité a souhaité changer un peu de la formule habituelle. En effet, chaque année le musée de Préhistoire et d’Histoire ouvre ses portes. Pour innover et offrir une activité nouvelle, une exposition de voitures était proposée à Mantelot.

Dimanche 16 septembre alors qu’en France, un peu partout, les monuments étaient ouverts aux visiteurs, Châtillon a souhaité proposer une animation un peu différente : une exposition de voitures anciennes. Du patrimoine aussi puisque, pour la plupart, les voitures exposées ont marqué notre histoire.
Près de 75 voitures ont été présentées au public (de la DS à la Coccinelle en passant par la Cadillac) par des collectionneurs venus de Bourgogne, de l’Orléanais et même de l’Yonne. Nombreux sont ceux qui sont venus profiter du soleil qui était bien au rendez-vous et s’émerveiller devant les intérieurs en cuir plus reluisants les uns que les autres et bien entendu les carrosseries. Qu’ils soient petits ou grands, de sexe féminin ou masculin, tous ont été séduits par la présentation des véhicules. Les pompiers aussi exposaient leurs véhicules. Une association de pompiers du département était présente, elle réunissait des hommes du feu de l’Orléanais et de Châtillon. Deux véhicules appartenant à la Commune étaient exposés par leurs parrains : Jean Ramont et Jacky Bedu, deux pompiers de Châtillon à la retraite. Côté ambiance : « Les Affoubertis » pour animer l’après-midi et l’association « Les Prés fêtards » pour assurer la restauration et la buvette entièrement approvisionnées auprès des producteurs locaux. La journée a été une vraie réussite sur tous les points et Gérard Galfano, le premier adjoint qui s’est occupé de l’organisation pense déjà à le reconduire l’année prochaine à plus grande échelle et avec encore plu de voitures.



Le Maire parle du pont sur la Loire à Canal +

Vendredi 7 septembre, un documentaire intitulé « Nos ponts, côté pile » était consacré aux ponts suspendus dans l’émission « L’info du vrai l’événement » sur Canal +. La France compte près de 200 000 ponts qui traversent les fleuves mais sont-ils tous en bon état ? Voici la question sur laquelle ont voulu revenir les journalistes de Canal +…

Le mois dernier, à Gênes en Italie, un pont s’écroulait. Un événement qui n’arrive jamais ou presque… Dans le Loiret, en 1985, à Sully-sur-Loire, alors que des usagers l’empruntaient, le pont sur la Loire s’écroulait par moins 20 degrés.
Depuis, le Département est très vigilant et met tout en œuvre afin d’éviter un nouveau drame. C’est justement le cas pour le pont suspendu sur la Loire de Châtillon.
Ce dernier est fermé depuis trois hivers quand les températures sont inférieures à 0 degré. Une décision du Département partagée par le Maire, Emmanuel Rat qui rappelle dans ce reportage ne vouloir prendre aucun risque.
C’est avec le sourire qu’il confie aux caméras : « C’est en bonne voie, nous allons pouvoir dormir tranquilles ». En effet, les travaux vont démarrer très prochainement, début novembre précisément. En usine, l’entreprise Baudin à Chateauneuf-sur-Loire travaille déjà sur la fabrication des câbles. Nous nous y rendrons d’ailleurs d’ici peu afin de vous faire partager les différentes étapes.
Ces travaux sont très coûteux et comme le Maire le rappelle dans le reportage, 20 millions d’euros vont être consacrés à la réhabilitation du pont. Un budget considérable imputé au Département qui, comme les communes, a subi de grosses restrictions budgétaires.
Pour Châtillon, en tout cas, la catastrophe a été évitée et, à l’horizon 2021, les usagers pourront circuler en toute sécurité par tous les temps.
Il va donc encore falloir faire preuve de patience pour cet hiver en tout cas puisque ce sera le dernier avec lequel il faudra composer avec les restrictions climatiques.

Vous pouvez retrouvez la vidéo et l’intervention du Maire au lien suivant Canal + à partir de la 7ème minute.

Le bal Yéyé a conquis le public

Depuis le samedi 7 juillet et jusqu’au dimanche 2 septembre, l’Espace culturel accueille, à l’initiative de la Municipalité, une exposition dédiée aux années « Yéyé ». Meubles en formica, solex, affiches sont, entre autres, ce que vous y trouverez…

Pour aller encore plus loin et offrir aux Châtillonnais une soirée « retour dans le temps », la Municipalité a organisé sur la place Saint-Anne un bal dédié aux années 60.
Ainsi, le samedi 28 juillet, la chanteuse Nell et l’orchestre d’Olivier Bailly ont mis le feu et ont enthousiasmé le public.
Si, en début de soirée, le public était timide, la piste de danse s’est très vite remplie, que ce soit pour danser le Rock, le Twist ou encore le Madison. Quelques dames avaient entièrement joué le jeu et portaient des robes « pin-up » de l’époque…
Les commerçants « Lili pizza » et « Speed kebab », eux, étaient ouverts et des tables avaient été installées afin que chacun puisse se restaurer et se rafraîchir en profitant de la musique.
Comme à son habitude, la chanteuse Nell qui assure, chaque année, l’animation musicale du repas des anciens, était habillée façon « Yéyé » et a offert un large répertoire aux danseurs.
La soirée a connu un grand succès et, sans aucun doute, sera reconduite ! Le Maire a même parlé d’un bal grandiose pour l’année prochaine. Ca promet…

Quand un tabouret devient célébrité…

Un tabouret devenu star : Alain Breuzé l’a fait. Ce correspondant du Journal de Gien, Châtillonnais d’origine, très loufoque, promène son tabouret partout depuis quelques années maintenant…

L’histoire de « Tabourélie », un tabouret en formica bleu, a commencé il y a quelques années. Alors qu’Aurélie, la fille d’Alain, déménage à Paris, il lui dégote, chez Véronique, à la brocante installée rue du Cimetière, des tabourets en formica.
Certains partent à Paris, « Tabourélie », la cousine de la collection de tabourets parisiens elle, restera à Saint-Firmin chez Alain où elle va vivre toutes sortes d’aventures.
Son nom, vous l’aurez compris, est un mélange entre tabouret et Aurélie.
Les Arts dans la rue, le Comice, Strange, la Fan zone, les bals, les feux d’artifice, les commémorations : elle suit Alain partout et dans toutes ses aventures. Mieux encore, elle est même devenue star au festival de courts métrages « A Bout de courts » qui a eu lieu en octobre dernier à Cosne-sur-Loire. Grâce à son court-métrage « Tabouret saga » où « Tabourélie » est l’héroïne, Alain a remporté le prix du jury.
Sur Youtube, les vidéos de « Tabourélie » sont nombreuses : Tabourélie en vacances, Tabourélie à Halloween, Tabourélie dans le Jura, Tabourélie et les glaçons de Loire, etc.
A chaque fois, le tabouret est mis en scène avec des accessoires et des décors plus originaux les uns des autres. Il faut dire que l’imagination, ce n’est pas ce qui manque à Alain. Il redouble d’idées pour faire voyager son tabouret même sur un tas de fumier, dans une baignoire ou dans sa voiture.
Actuellement Tabourélie est exposée à l’Espace culturel pour l’exposition « Les années Yéyé, voyage au cœur des années 60 ». Une vidéo qui retrace la vie du tabouret, de ses cousins et même ses ébats avec Tabouriton, son amoureux…

Sur cette page, vous trouverez bon nombre des vidéos du tabouret star : https://www.youtube.com/results?search_query=tabour%C3%A9lie

Champions du Monde

C’était la folie ce dimanche 15 juillet à Châtillon comme partout en France pour la finale de la coupe du Monde de football. Pour la seconde fois et, vingt ans plus tard, les bleus ont soulevé la coupe en or. Ils ont fait le bonheur et la fierté de tout un pays !

Le football : en voilà un sport qui rassemble. Ce dimanche 15 juillet, près de 400 personnes se sont retrouvées au jardin communal, près du Centre socio-culturel, où un écran géant avait été installé.
La Municipalité avait sécurisé les lieux et, avec les associations « L’Artscène » et « Les Prés fêtards », tout avait été mis en place pour que le public puisse profiter agréablement de ce moment. La couleur bleue avait envahi le lieu : plus de la moitié des spectateurs avaient vêtu le maillot de la France. Sans oublier les drapeaux bleu-blanc-rouge qui volaient, les visages enduits de maquillage aux couleurs de notre pays. Dès la première mi-temps, les supporters ont pu s’en donner à cœur joie après les deux buts inscrits. Les chants de Marseillaise ont fusé, les cornes de brume aussi. L’engouement et la joie se sont poursuivis après les deux autres buts marqués en seconde mi-temps.
L’ambiance était à son comble et même sous le soleil de plomb, le public a supporté l’équipe de France jusqu’à la dernière minute. Après 95 minutes de jeu, tous ont fêté la victoire à coups de batailles d’eau, de confettis. Un défilé de voitures s’en est suivi dans les rues de la Ville qui était en folie. Quoi de plus beau que de remporter une coupe du Monde le lendemain de la fête nationale…

Retrouvez les images et les vidéos de ce moment exceptionnel

A la Fête de la musique

C’est en avance que les Châtillonnais et le public alentour venus nombreux ont fêté la musique, samedi 16 juin. Que ce soit à Mantelot, dans la Grande rue, places Saint-Anne et Clémenceau, la Musique était partout et pour tous !

Dès l’après-midi, la musique s’est invitée au « Relais de Mantelot » où Elie Genty, jeune talent Saint-Brissonnais, s’est illustré à la basse et au chant avec un répertoire plutôt Rock mais aussi avec des chansons anglophones à texte.
Un peu plus tard, en Ville, « L’Union musicale » et la chorale « La Clef des chants » ont proposé un concert que le public est venu écouter et applaudir en nombre. Tout près, le « Comité des fêtes » avait installé une buvette et de quoi se restaurer, et proposait un univers Rock avec le groupe « The Golden Rocket Rockabilly band ». Ce groupe a été très apprécié par des mordus de ce style musical qui ont dansé avec beaucoup talent et ferveur.
Pas de scène sur la place des Prés cette année, les groupes programmés par l’association « Akoufène » ont, malheureusement, annulé au dernier moment.
Pour les plus jeunes, un stand de maquillages gratuits était proposé par l’association Arteria qui n’a pas chômé. L’animation a connu un grand succès, comme toujours.
A « L’Arlequin », dans la Grande rue, la chanteuse Linda était fidèle au poste. Place Saint-Anne : l’association « L’Artscène » qui avait invité trois groupes issus d’univers bien différents.
Le premier, « Totem », est un groupe local qui reprend des tubes des années 70-80 aux sonorités plutôt Rock. Ils ont mis le public en appétit avant l’arrivée du groupe « Chanson d’occasion » qui a mis l’ambiance dans son style Jazz-Manouche qui a fait l’unanimité. Avant l’entrée en scène du dernier groupe, l’Association avait prévu une surprise qui en a mis plein les yeux. Eva, une jeune fille aux multiples talents puisqu’elle s’était déjà illustrée en rollers pour la fête du skate-park, a proposé une démonstration de bolas enflammées qui a séduit le public.
« L’Artscène » avait gardé le meilleur pour la fin. Le chanteur de Reggae « Bazil » a mis le feu, il a fait chanter et danser le public, tous âges confondus, jusque tard dans la nuit. Un peu plus bas dans la Grande rue, c’était plus calme mais il y avait de la musique à « La Terrasse » avec le groupe « The King size ».
Au « Vieux port » aussi, on a fêté la musique avec « Route 69 » aux sons Rock, Blues, Jazz, adaptés sur des reprises.