Châtillon-sur-Loire
chatillo-sur-loire.com en français
english
ne
de
es

Le pont sur la Loire

Quoi de neuf, sur le pont ?

Publié le 10 février 2021

En empruntant le pont sur la Loire, certains ont remarqué quelques petits changements. Notamment l’asymétrie entre la rive droite et la rive gauche, en matière de câbles. Dans cet article, on vous dit tout sur l’avancement des travaux et vous renseigne sur les questions que vous pouvez vous poser !

Ça y est ! Le pont est entièrement suspendu par ses câbles définitifs. Plus aucun changement à prévoir de ce côté. Les équipes de l’entreprise Baudin Châteauneuf, travaillent actuellement au transfert de charge. Il s’agit là de transférer l’ensemble du poids de l’ouvrage vers la suspension définitive : câbles, selles, suspentes.
Pendant cette opération, les ouvriers anticipent également la dépose de la suspension provisoire. Les anciens câbles et toutes les anciennes suspensions vont être retirées puis recyclées.
Cette partie devrait commencer début avril et s’étendre jusqu’au mois d’août.
En parallèle de cette opération, une autre équipe va s’atteler au montage de la passerelle.
Pour rappel, cette passerelle sera réservée à la circulation douce : piétons, vélos.
Elle leur permettra de traverser la Loire en toute sécurité.
En ce moment, plusieurs étapes sont en cours sur le pont : un groupe découpe les anciens câbles qui ne peuvent pas être réutilisés afin de les envoyer au recyclage.
Une autre équipe s’occupe de démonter les colliers et la suspension provisoire (le verrinage) sur chaque pile du pont à l’aide d’un élévateur. A terme, tous les éléments bleus seront démontés, la couleur bleue correspond à tous les éléments installés provisoirement. Ils ne feront donc bientôt plus partie du paysage ! Une dernière équipe travaille sur le forage, en amont. Les foreurs effectuent des clouages à 40 mètres de profondeur afin de garantir l’équilibre du pont. Comme le poids de l’ouvrage sera supérieur à celui soutenu auparavant, les massifs d’ancrages doivent être solidifiés. Grâce à des ancrages (appelés clouages) en profondeur dans le sol, les blocs de béton sont maintenus.
Il y a huit clouages en rive droite et huit en rive gauche.
Le réglage fin de la suspension, c’est-à-dire, la détente les câbles provisoires et régler la verticalité des suspentes.
Comme précisé plus haut, le gros travail à venir est l’installation de la passerelle qui se fera dans le même temps que le démontage de la suspension provisoire. Elle sera livrée en tronçons de 8 à 9 mètres. Elle sera installée depuis le pont, portée par une poulie et fixée à hauteur du pont, au-dessus de la Loire. L’assemblage, quant à lui, se fera depuis le plancher suspendu, sous le tablier. La partie grise en métal que vous pouvez voir en passant sous le pont. La passerelle se compose de 20 tronçons : 11 sur les grandes travées (à savoir les première et dernière piles) et 9 sur les petites travées (les trois autres piles).
A partir du mois d’avril, une autre équipe viendra rejoindre celles en place sur le pont pour réaliser cette opération.
A l’issu du démontage de la suspension provisoire, l’entreprise Coulmont, qui gère toute la partie “dure”, en pierres, interviendra pour réparer les pierres des piles qui en ont besoin. Ils procèderont également au nettoyage des piles.
La société Lassara, déjà intervenue pour peindre la partie haute du tablier, reviendra également pour effectuer quelques retouches et appliquer la peinture anti-corrosion sur les câbles. Le début de ces travaux est estimé aux environs du mois de juin.
Pour ceux qui étaient inquiets de ne voir que deux câbles en rive gauche et quatre en rive droite, c’est tout à fait normal !
La partie du pont située en rive gauche sera beaucoup plus lourde que la partie en rive droite, elle a donc besoin de plus de câbles pour soutenir le poids de la passerelle. De plus, c’est seulement entre les petites travées qu’il n’y a que deux câbles.
Cyril Brusseaux, le chef de chantier, nous l’explique assez simplement “il n’y a pas besoin de plus ! C’est largement suffisant. De plus, il n’y a que deux câbles mais leurs diamètres sont supérieurs à ceux en rive gauche”.
Petite précision technique : un câble comme ceux installés sur le pont casse après avoir supporté 650 tonnes. Les câbles du pont supportent chacun 14 tonnes. Ils ne sont utilisés qu’à 10% de leur capacité.
La société Baudin Châteauneuf espère continuer de tenir les délais et mettre l’ouvrage en circulation pour la fin de l’année 2021. La passerelle ne pourra, elle, être utilisée qu’en début d’année 2022.

Retrouvez, en images, les différentes étapes des travaux actuels !


Les travaux continuent sur le pont !

Publié le 9 décembre 2020

Déjà deux ans que les travaux du pont sur la Loire ont été lancés : ils avancent à grand pas. Si le confinement a ralenti les équipes de la société “Baudin Châteauneuf”, cette dernière compte bien rattraper son retard et maintenir les délais initialement prévus.

Ça y est, tous les câbles neufs sont installés ! Deux ans auront été nécessaires pour que l’ouvrage reçoive ses câbles définitifs. Une opération longue et délicate.
Il a d’abord fallu installer les câbles provisoires qui ont soutenu l’ouvrage pendant que les anciens câbles, eux, étaient retirés. Mais avant ça, un protocole de transfert de charge était nécessaire. Une réalisation qui a demandé des mois de travail et qui sera répété en février pour effectuer le transfert de charge des câbles provisoires vers les nouveaux. Actuellement, l’entreprise “Baudin Châteauneuf”, sous la direction de Cyrille Brusseaux, conducteur de travaux, pose les suspensions et les colliers qui serviront à maintenir les nouveaux câbles, quand le poids de l’ouvrage reposera dessus.
Dans le même temps, les ouvriers effectuent une opération de vérinage. Elle consiste à mettre les câbles en tension en soutenant le tablier grâce à des vérins.
Côté peinture, le tablier est entièrement terminé. Après le transfert de charge, les câbles seront peints et l’entreprise “Lassara” procèdera à quelques retouches à certains endroits suite à l’enlèvement des câbles provisoires.
Les pierres des deux escaliers situés en aval du pont ont été déplacées pendant le mois de novembre. Cette opération devait être faite avant que les travaux de réalisation de la passerelle ne commencent. En effet, la passerelle de 2,50 mètres de large sera installée à cet endroit, elle aurait donc empêché l’utilisation des escaliers. Ces derniers ont donc été décalés de 3 mètres, vers le camping des “Combles” afin d’en permettre l’usage. L’entreprise qui est intervenue en a profité pour remplacer les pierres abîmées par des pierres neuves.
A partir du 15 décembre, la société “Baudin Châteauneuf” reprendra le travail de “clouage” des massifs d’ancrage de chaque côté du pont. Ils devront être renforcés pour que l’ouvrage supporte le poids supplémentaire engendré par la passerelle.
Des fermetures de nuit sont prévues à partir du mois de février pendant les opérations de démontage des câbles et d’équilibrage de l’ouvrage.
Avant ça, les équipes prendront quelques jours de vacances pour les fêtes de fin d’année et les travaux seront suspendus du 23 décembre au 4 janvier.
A leur retour, Cyrille Brusseaux espère bien pouvoir renforcer le nombre d’ouvriers et avoir une équipe supplémentaire afin de rattraper le temps perdu à cause de la Covid. Ils ont actuellement entre 3 et 4 mois de retard sur le planning initial mais souhaitent tenir les délais pour que le pont soit totalement réhabilité et ouvert à la circulation à la fin de l’année 2021.


Des nouvelles de l’avancement des travaux du pont sur la Loire

Cela fait maintenant un an que les travaux du pont sur la Loire ont commencé. La société Baudin, en charge de la réhabilitation de l’ouvrage, continue l’avancement des travaux.

Le pont sur la Loire était fermé dans la nuit du lundi 28 au mardi 29 septembre. En effet, les ouvriers mettaient en place les étriers en tête de pile.
Ces derniers serviront à maintenir les câbles définitifs qui sont, en partie, installés.
Pour l’heure, 50% des câbles définitifs ont été installés en rive gauche, côté Châtillon. L’autre moitié sera mise en place à la fin du mois d’octobre. Il faudra compter un mois pour que l’opération soit terminée.
Avant d’installer les câbles définitifs en rive droite, les ouvriers de la société Baudin doivent attendre que la peinture soit terminée.
En ce moment, sur le pont 23 personnes oeuvrent à la remise en état de l’ouvrage : 12 personnes d'une société sous-traitante pour la mise en peinture et 11 personnes de l’entreprise Baudin-Châteauneuf qu préparent les suspentes : elles permettront le maintien du pont et de la future passerelle.
Après avoir installé l’ensemble des câbles définitifs, à la fin du mois de novembre, “Nous nous attèlerons aux suspentes du tablier puis au transfert de charge”, explique Cyrille Brusseau, chef de chantier pour Baudin-Châteauneuf.
En janvier, il faudra donc répéter l’opération déjà faite une première fois : le transfert de charges. Une opération délicate pendant laquelle, le poids de l’ouvrage sera transféré des câbles provisoires vers les câbles définitifs. Il y a quelques mois, les ouvriers avaient déjà effectué cette même opération pour transférer la charge vers les câbles provisoires depuis les anciens câbles.
Cette longue et fastidieuse manœuvre leur prendra un peu plus de trois mois.
La pluie mais surtout l’humidité ont quelque peu ralenti l’avancement de certains travaux comme la peinture. En effet, pour le séchage, une bonne hygrométrie est indispensable.
Les ouvriers doivent donc composer avec les conditions météorologiques.
Bonne nouvelle pour les usagers, plus aucune fermeture n’est prévue pour cette année.
Vous pourrez donc circuler sur le pont, de jour comme de nuit en respectant, toujours, les feux en alternance.


Les piles préparées à recevoir les câbles définitifs !

Les travaux du pont sur la Loire continuent et avancent à grand pas. Prochainement, les câbles définitifs seront mis en place par la société Baudin-Châteauneuf, en charge de la réfection de l'ouvrage !

Depuis la soirée du 17 août, le pont sur la Loire est fermé de nuit (de 21 heures à 6 heures) aux véhicules et aux piétons pour permettre la mise en place des selles sur les piles.
L'entreprise Baudin prévoit de fermer l'ouvrage jusqu'au 21 août inclus.
Pendant la première nuit de fermeture, c'est sur la 3ème pile que les selles ont été installées. La nuit du 18 au 19 août, c'est sur la 1ère pile que les ouvriers les mettront en place. Un travail minitieux et très important puisque cette installation sera la base d'ancrage des câbles.
La nuit suivante, ils installeront les étriers qui permettront la fixation des culots des câbles définitifs.
Côté peinture, les deux premières travées sont maintenant terminées et des retouches sont en cours. Actuellement, les ouvriers en charge de la peinture réalisent la troisième travée en amont. Ils travailleront encore pendant au moins deux mois avant que la peinture ne soit entièrement terminée.
En journée, l'entreprise Baudin s'occupe de réaliser les finitions des selles et de mettre en place les joints qui assureront l'étanchéité. Ils s'atellent également aux retouches sur le plancher qu'ils approvisionnent en vis.
Ils doivent également réaliser le montage et le démontage des échafaudages pour la peinture.
La prochaine étape, une des plus importantes, sera le lancement des câbles définitifs ! "Aucune coupure de nuit n'est prévue pour cette installation", explique Benjamin Laheurte, stagiaire assistant conducteur de travaux pour l'entreprise Baudin.

Pour rappel : le pont sera fermé jusqu'au 21 août inclus.


Les travaux du pont en suspens depuis le 17 mars, ont repris !

Depuis près de deux mois, les ouvriers de la société Baudin Châteauneuf ont été contraints d’arrêter les travaux du pont sur la Loire. Ils ont repris ce lundi 4 mai en effectif restreint.

Jamais un arrêt des travaux n’avait été si long sur le pont ! Au plus, 15 jours pendant les vacances de Noël.
Cette fois-ci, il aura fallu attendre près de deux mois pour que les travaux redémarrent pendant la crise sanitaire que connait actuellement notre pays.
Bien entendu, c’est en respectant les gestes barrières et avec masques et visières, que les ouvriers poursuivent la réfection de l’ouvrage.
Ils vont remettre en place, petit à petit, les protocoles de travaux. Avant leur arrêt, ils avaient terminé la dépose des câbles porteurs. Il leur reste donc les câbles de tête à finir de déposer. C’est à cette opération qu’ils vont s’atteler.
Pendant l’arrêt du chantier, les employés dont les postes le permettaient, ont fait du télétravail depuis leur domicile afin de mettre en place et de gérer les modes opératoires et l’administratif.
Pour le moment et jusqu’à ce que de nouvelles instructions soient données, ils sont en effectif réduit : cinq contre plus d’une dizaine avant la crise sanitaire.
Pour autant, ils vont tenter de palier au retard pris sur le chantier. “Nous allons essayer de récupérer au maximum”, explique Cyrille Brusseaux, chef de chantier.


Sur le pont, ça avance !

Quinze mois déjà que les ouvriers de l’entreprise “Baudin Châteauneuf” s’affairent à la réhabilitation du pont sur la Loire. Depuis novembre dernier, le pont est en sécurité et vous pouvez l’emprunter même en cas de températures négatives. Le reste des travaux suit son cours et avance sans difficultés.

Le transfert de charge est bel et bien terminé ! Les anciens câbles ont été remplacés par des câbles provisoires et ce sont maintenant, eux, qui supportent la charge de l’ouvrage. Une opération longue pour les ouvriers de la société loirétaine spécialisée en ponts métalliques.
Actuellement, ils travaillent à la dépose de l’ancienne suspension. En d’autres termes, cela veut dire qu’ils démontent toute l’ancienne suspension : câbles, selles.
Cette étape de dépose est très longue puisqu’elle consiste à couper tous les anciens câbles, à les récupérer avec un treuil en tête de pile et, ensuite, à les enrouler autour d’un dévidoir. Pendant plusieurs mois, ils devront répéter l’opération des dizaines de fois pour venir à bout des 16 kilomètres d’anciens câbles qui seront, ensuite, détruits.
Jusqu’à la fin du mois d’avril, l’équipe en place sur le pont sera donc chargée de terminer cette partie des travaux.
Entre temps, courant avril, le tailleur de pierres déplacera les escaliers en pierre situés au niveau des berges, en amont et en aval (au niveau du camping et de l’escargot). En effet, par la suite, ils auraient gêné pour l’installation de la passerelle. Les escaliers devront être terminés avant le mois de juin, pour éviter les désagréments avec la Loire à vélo.
Quand tous les câbles seront retirés, les ouvriers devront s’attaquer à la dépose des anciennes selles en tête de pile. Pour cela, le pont devra être fermé (de nuit probablement). Nous vous communiquerons les jours et heures au moment voulu.
En mai, le peintre viendra décaper les tabliers.


Des nouvelles du pont sur la Loire, à l’aube de l’année 2020...

Pour finir l’année sur une note positive, voici de bonnes nouvelles du pont sur la Loire. Il est ouvert et le restera même en cas de températures négatives ! Plus aucune fermeture hivernale, ni de jour ni de nuit, et des travaux qui avancent à un bon rythme...

Après avoir installé tous les câbles provisoires qui maintiennent désormais l’ouvrage, l’entreprise Baudin assure qu’il ne sera plus fermé même en cas de températures négatives. Les ouvriers ont effectué la plus grosse partie du transfert de charges.
Il s’agissait de transférer le poids du pont des anciens câbles vers les câbles provisoires qui assurent, désormais, le maintien du pont.
Cette opération est quasiment terminée et sera finalisée pendant le mois de janvier à la reprise des travaux. En effet, depuis le vendredi 20 décembre et jusqu’au lundi 6 janvier, les travaux sont interrompus.
A la reprise, les employés de la société Baudin-Châteauneuf prépareront donc la dépose des anciens câbles. L’opération nécessitera plus de quatre mois de travail.
Pendant ce temps, un sous-traitant continuera le clouage et le forage des massifs d’ancrage. En effet, pour supporter la charge du tablier augmentée par la présence de la future passerelle, les massifs d’ancrage doivent être renforcés. Pour ce faire, les ouvriers forent profondément dans la terre. Ce qui permettra, à terme, de maintenir de façon pérenne l’ensemble de la charge de l’ouvrage. Ces travaux reprendront également au mois de janvier et ce, pour un mois et demi voire deux mois.
Entre mai et juin, la société “Baudin” mettra en place les nouveaux câbles et ils répèteront l’opération de transfert de charge mais, cette fois-ci, des câbles provisoires vers les câbles définitifs.
“Cette manœuvre est la plus grande partie de notre travail. Rien que pour les poses, les déposes et les transferts de câbles, nous aurons eu besoin de presque une année de travail”, explique Cyril Brusseau, chef de chantier.
Au printemps, un peintre s’attèlera au tablier. Dans le courant de l’année prochaine, un spécialiste viendra retravailler les pierres.
Les prochaines fermetures de nuit, nécessaires pour les travaux, n’auront lieu qu’en avril-mai où l’utilisation d’une grue sera indispensable. En attendant, vous pouvez circuler sur le pont en toute sécurité et sans risque de fermetures (sauf aléas et imprévus).
En effet, en réalisant des travaux de cette ampleur, les ouvriers doivent parfois faire face à des imprévus.


Le pont, ouvert aux véhicules, même en cas de gel

Sept, c’est le nombre d’hivers pendant lesquels les Châtillonnais ont subi les fermetures du pont sur la Loire. A partir du 22 novembre, le pont ne sera jamais plus fermé aux véhicules légers même en cas de gel et de températures négatives.

La voilà la bonne nouvelle ! Si d’ici le 22 novembre, le mercure n’affiche pas de température négative, le pont restera ouvert. Et ce, indéfiniment.
En effet, la société Baudin de Châteauneuf-sur-Loire, en charge de la réhabilitation de l’ouvrage depuis novembre 2018, achève, en ce moment, la pose des câbles provisoires et va entamer la dépose des anciens câbles afin que le pont soit maintenu jusqu’à ce que l’ensemble du système de fixation définitif soit remplacé. Le pont, fragilisé, est désormais renforcé par ce système provisoire en attendant la suite des travaux.
Pour les besoins de ces derniers, le pont connaîtra quelques fermetures nocturnes (de 21 heures à 6 heures du matin). Vous en serez informés par les différents sites Internet (cf articles précédents sur cette page) et les panneaux lumineux.
Autre point important qui est dans l’esprit de tous les Châtillonnais : les poids-lourds.
Depuis les restrictions de circulation du pont, aucun poids-lourd ne peut franchir la Loire et traverser l’ouvrage. Certains riverains et en particulier ceux de la rue Martial Vuidet, qui mène jusqu’à l’ouvrage, ont réclamé l’interdiction des poids-lourds de plus de 3,5 tonnes sauf pour desserte locale, même après la restauration de l’édifice.
Marc Gaudet, le président du Département avait déjà exposé les raisons qui le poussaient à ne pas répondre favorablement à cette demande lors des vœux du Maire en janvier 2018.
Il a renouvelé au cours de la réunion de la commission des routes et des travaux qui s’est retrouvée le mardi 5 novembre : “La vie locale doit continuer à être irriguée ici et le transit local doit perdurer”, a-t-il expliqué.

Ce week-end des 16 et 17 novembre, les températures annoncées par Météo France sont négatives. S’il gèle, le pont sera fermé après décision du Conseil départemental.


Le pont : bien câblé !

Voilà près d’un an maintenant que les travaux du pont sur la Loire ont débuté. Les équipes de la société Baudin Châteauneuf, en charge de la réparation de l’ouvrage, attaquent en ce moment la dernière partie des câbles.

Depuis le mois de juillet, les câbles provisoires ont commencé à prendre place sur le pont. Ces câbles, comme nous vous l’avions déjà expliqué dans un précédent article, serviront à soutenir l’ouvrage pendant toute la durée des travaux.
Il existe trois types de câbles : les câbles de tête, situés au-dessus des piles tout en haut du pont, déjà installés mais que les ouvriers sont actuellement en train de tendre.
Les câbles de retenue qui vont des piles aux massifs d’ancrage situés aux quatre coins de l’ouvrage. Ils sont déjà installés et vont être tendus prochainement.
Les câbles porteurs, en forme de parabole, qui vont être installés la semaine prochaine avec les suspentes. Cette opération durera jusqu’à la fin du mois d’octobre.
Ces travaux seront faits par travées afin que le pont soit maintenu en charge au fil des opérations.
Autre étape à venir : les clouages. Ces derniers permettent de retenir les massifs en béton dans le sol. Ce travail nécessitera la présence d’une foreuse qui viendra creuser à 35 mètres de profondeur dans le sol au niveau de chaque ancrage. Soit à huit reprises côté Châtillon et à huit reprises côté Briare.
Aucune fermeture n’est prévue pour cette intervention. La prochaine fermeture programmée aura lieu au mois de novembre pendant le transfert de charge et les phases de rééquilibrage du pont, pour 2 à 3 jours maximum.
Actuellement, ce sont 15 personnes qui travaillent de jour sur l’édifice. Sur le tablier, donc sous l’ouvrage, une équipe de 4 personnes de la société TETRA réalise les finitions du plancher. Il sera terminé et contrôlé en fin de semaine.
Cyrille Brusseaux, conducteur de travaux pour la société Baudin veille au bon déroulement de chacune des étapes. Dans l’ensemble, les ouvriers n’ont pas rencontré de difficultés sauf pour réaliser les ancrages. En effet, la qualité du sol en rive gauche ne leur a pas permis de creuser à l’endroit souhaité. Ils ont donc perdu un peu de temps mais trouvé une solution alternative.


Le point sur les travaux du pont

Cela fait presque un an maintenant que les travaux de réhabilitation du pont sur la Loire ont commencé. Prochaine étape : les câbles provisoires. Leur mise en place commence dès cette semaine.

A partir du lundi 15 juillet, les câbles provisoires de tête de pile vont être installés côté Châtillon, en d’autres termes, il s’agit des câbles qui partent du sol, dans les massifs d’ancrage et qui rejoignent la pile du milieu du pont. Ces câbles provisoires soutiendront le pont pendant toute la durée des travaux. Pour cela, la charge va être transférée, des anciens câbles, qui seront détendus afin d’être déchargés du poids de l’ouvrage, vers les nouveaux, qui seront tendus afin de supporter la charge. Après cette opération, et seulement à la fin de l’installation de tous les câbles provisoires, les anciens câbles pourront être retirés. La dépose des vieux câbles ne se fera pas avant le mois de novembre. La réalisation se passera comme suit : les câbles vont être déroulés depuis le dévidoir, installé côté Briare. Un manitou treuil permettra ensuite de les hisser sur chaque pile du pont. Quatre fois 170 mètres de câbles seront nécessaires pour cette opération. Un travail titanesque auquel s’ajoutera la mise en place des câbles porteurs. Ces travaux dureront tout l’été (environs 2-3 mois). Aucune fermeture n’est prévue pour la réalisation de ces travaux.
Dans le même temps, des échafaudeurs oeuvrent à la finition des planchers de travail situés au-dessus des piles. Ces derniers permettront les travaux en hauteur (peintures, vérification des pièces, etc.). Actuellement, 15 personnes travaillent sur le pont : une équipe de sept personnes pour la société Baudin et huit personnes en sous-traitance sur les massifs d’ancrage et les carottages.

Des fermetures de nuit sur le pont...

Les travaux du pont sur la Loire sont en cours depuis maintenant 8 mois. La société Baudin, en charge de la rénovation de l’ouvrage, œuvre afin que le pont soit toujours utilisable par les usagers. Cependant, pour cette semaine et celle à venir, les travaux qui seront entrepris nécessiteront la fermeture de nuit l’ouvrage.

Depuis le mardi 11 juin et jusqu’au 14 juin, le pont sera fermé de nuit de 21 heures à 6 heures du matin, travaux obligent. En effet, si la société Baudin essaie d’éviter au maximum les fermetures de l’ouvrage, certains travaux ne sont pas réalisables quand le pont est ouvert.
Les équipes vont mettre en place les selles en tête de pile et sur les piles internes. Ces selles serviront à maintenir les câbles provisoires qui vont être installés à la suite. L’installation des câbles devrait commencer à la fin du mois de juin et ce jusqu’à la mi-août.
Ces câbles serviront à maintenir l’ouvrage provisoirement, pendant toute la durée des travaux, avant d’être remplacés par les câbles définitifs qui prendront place en 2020.
Les selles et les câbles provisoires permettront l’usage de l’ouvrage quelques soient les conditions météorologiques. Soyez donc rassurés, en dehors des fermetures de nuit pour travaux, le pont ne sera plus fermé même en cas de températures négatives.
Pendant que la société Baudin s’occupe des selles, d’autres entreprises en sous-traitance, effectuent d’autres travaux.
La société SEGEC qui gère la partie génie civil s’attèle aux carottages et aux ancrages. Ils travaillent, en ce moment, sur la rive droite, côté Briare.
Quant à l’entreprise CIRENE, elle est en charge de la mise en place du plancher suspendu sous le tablier. Ils entament la troisième travée cette semaine.

Le Maire parle du pont sur la Loire à Canal +

Vendredi 7 septembre, un documentaire intitulé « Nos ponts, côté pile » était consacré aux ponts suspendus dans l’émission « L’info du vrai l’événement » sur Canal +. La France compte près de 200 000 ponts qui traversent les fleuves mais sont-ils tous en bon état ? Voici la question sur laquelle ont voulu revenir les journalistes de Canal +…

Le mois dernier, à Gênes en Italie, un pont s’écroulait. Un événement qui n’arrive jamais ou presque… Dans le Loiret, en 1985, à Sully-sur-Loire, alors que des usagers l’empruntaient, le pont sur la Loire s’écroulait par moins 20 degrés.
Depuis, le Département est très vigilant et met tout en œuvre afin d’éviter un nouveau drame. C’est justement le cas pour le pont suspendu sur la Loire de Châtillon.
Ce dernier est fermé depuis trois hivers quand les températures sont inférieures à 0 degré. Une décision du Département partagée par le Maire, Emmanuel Rat qui rappelle dans ce reportage ne vouloir prendre aucun risque.
C’est avec le sourire qu’il confie aux caméras : « C’est en bonne voie, nous allons pouvoir dormir tranquilles ». En effet, les travaux vont démarrer très prochainement, début novembre précisément. En usine, l’entreprise Baudin à Chateauneuf-sur-Loire travaille déjà sur la fabrication des câbles. Nous nous y rendrons d’ailleurs d’ici peu afin de vous faire partager les différentes étapes.
Ces travaux sont très coûteux et comme le Maire le rappelle dans le reportage, 20 millions d’euros vont être consacrés à la réhabilitation du pont. Un budget considérable imputé au Département qui, comme les communes, a subi de grosses restrictions budgétaires.
Pour Châtillon, en tout cas, la catastrophe a été évitée et, à l’horizon 2021, les usagers pourront circuler en toute sécurité par tous les temps.
Il va donc encore falloir faire preuve de patience pour cet hiver en tout cas puisque ce sera le dernier avec lequel il faudra composer avec les restrictions climatiques.

Vous pouvez retrouvez la vidéo et l’intervention du Maire au lien suivant Canal + à partir de la 7ème minute.

Sur le pont en ce moment et pour les semaines à venir...

Les travaux du pont sur la Loire avancent bien, très bien même. L'entreprise en charge de la réhabilitation de l'ouvrage, "Baudin Châteauneuf", respecte jusqu'ici les délais et ne rencontre aucun problème particulier.

Les cinq portiques de travail ont pris place en haut de chaque pile du pont. Ils seront opérationnels à partir du vendredi 12 avril. Actuellement, les ouvriers réalisent les finitions : garde-corps, armoires électriques.
Trois accès en échafaudages sont également en cours : grâce à un escalier, ils permettront aux ouvriers d'accéder aux têtes de piles. Ces travaux devraient se terminer la semaine prochaine.
La circulation par alternance a été installée la semaine dernière, elle restera en place jusqu’à la fin du chantier pour permettre aux ouvriers de réaliser les travaux de part et d'autre du pont sans empêcher la circulation. Les glissières de sécurité pour pérenniser la circulation sont en cours d'aménagement.
Quelques fermetures nocturnes ont eu lieu fin mars et début avril pour les besoins du chantier. Les prochaines fermetures de nuit ne sont pas pour tout de suite. Il y en aura de nouvelles à la mi-mai, aux alentours des 20 et 21 pour la mise en place des selles provisoires, car une grue sera indispensable pour équiper et caler les matériaux sur l'ouvrage. A la suite, le carottage des selles sera effectué : cette opération sert au bon maintien des câbles en tête de pile.
Les câbles, justement, seront bientôt remplacés. Fin mai, début juin, les câbles provisoires seront installés sur l'ensemble de l'ouvrage. Leur installation durera jusqu'en juillet. Ils resteront en place jusqu'à ce que les câbles définitifs soient fixés, l'année prochaine. La semaine prochaine, CIREM, le sous-traitant de la société "Baudin Châteauneuf" montera le plancher de travail sous le tablier du pont. Il permettra aux ouvriers le travail sous l'ouvrage. Ils pourront ainsi procéder au renforcement, à la peinture et à la réalisation de la passerelle.
Mais, encore un peu de patience et chaque chose en son temps, ces travaux ne sont pas encore pour tout de suite. Il reste encore beaucoup de travail sur la face visible du pont avant de commencer à s'atteler au reste.

En visite chez Baudin à Châteauneuf

Pour réhabiliter le pont sur la Loire, suite à un appel d’offre et à de nombreuses études, le Département a choisi l’entreprise Baudin à Châteauneuf-sur-Loire. L’entreprise loirétaine fête ses 100 ans cette année. C’est déjà elle qui, en 1951, avait reconstruit l’ouvrage.

Le vendredi 1er mars, c’est à Châteauneuf-sur-Loire que Marc Gaudet, le président du Département, conviait une assemblée réunissant de nombreux acteurs du Département. Emmanuel Rat, le Maire de Châtillon et moi-même étions invités pour cette journée découverte de l’entreprise Baudin.
A 14h30, nous sommes accueillis dans les locaux de l’entreprise. Nous sommes invités à nous asseoir dans une salle pour la présentation d’un diaporama par Damien Colombot, président du Directoire de la société.
Très vite, nous découvrons que l’entreprise Baudin ne se contente pas de fabriquer des ponts mais qu’elle est aussi spécialisée dans de nombreux autres domaines. Nous apprenons alors que l’entreprise est à l’origine de constructions connues de tous : le Palais omnisport de Paris-Bercy, le barrage du Mont-Saint-Michel, la voile photovoltaïque de la Seine musicale, les Moucharabiehs de l’Institut du monde arabe, la restauration du théâtre du Châtelet, les ascenseurs de la Tour Eiffel et bien d’autres.
La société Baudin regroupe 30 métiers du BTP, elle réalise environ 1000 chantiers par an et est à l’origine de 1500 ponts et 1000 piscines publiques.
Elle s’illustre dans cinq domaines : le bâtiment, les travaux publics, la mécanique, la maintenance et les supports.
Après cette présentation succincte de l’entreprise, attelons-nous au sujet qui nous intéresse : le pont et, plus particulièrement les câbles dont nous avons eu la chance d’observer la fabrication.
Les câbles neufs, qui viendront remplacer les câbles actuels, représentent 4730 mètres linéaires, presque 5 kilomètres de câbles de trois diamètres différents : 61,5, 68,2, 73 millimètres. Pour un total de 110 mètres de fils soit 68 câbles et 136 culots. Un poids et un travail colossaux pour l’entreprise.
En ce moment, elle finalise la fabrication des câbles provisoires qui seront fixés sur le pont afin de permettre les prochains travaux. Les câbles provisoires seront installés dans l’année. En novembre 2019, l’ouvrage sera entièrement sécurisé et l’ensemble de la suspension provisoire aura été réalisée.
Vous ne subirez donc pas un prochain hiver avec des restrictions de circulation en cas de températures négatives. Le pont pourra être fermé, de nuit, afin que les ouvriers réalisent certains travaux. Mais, la société Baudin s’est engagée et met un point d’honneur à en imposer le moins possible. Prochainement, une circulation alternée sera mise en place mais vous pourrez tout de même circuler en toute sécurité sur l’ouvrage.
Après une visite de l’ensemble des activités du groupe en usine, nous nous sommes arrêtés au pied d’une sacrée machine : la machine à « torner » les câbles.
Elle date de 1923 et a été créé par Ferdinand Arnaudin, constructeur de pont à Châteauneuf-sur-Loire à qui Georges-Camille Imbault et Basile Baudin, les fondateurs de la société Baudin se sont associés. Elle est basée sur le principe des cordages de mariniers et a été grandement améliorée depuis…
Pour faire simple, plusieurs bobines de fils achalandent la machine qui vient tourner dans un sens, puis dans l’autre les fils, pour former des câbles hautement solides.
Le matériau utilisé est le galva « le plus résistant », explique Damien Colombot qui n’est autre que le petit-fils de Georges-Camille Inbault, cité plus haut. Le galva peut supporter jusqu’à 210 kilos par mm2. Je vous laisse faire le calcul avec les chiffres donnés précédemment quant à la quantité de câbles venant soutenir le pont de Châtillon.
Voici un peu d’aide, le pont de Châtillon fait 2 471 m2 soit 2 471 000 mm2. Le tablier, lui, pèse… Vous pourrez découvrir la câbleuse en vidéo, un album photo de l’entreprise et un document power-point explicatif :
Présentation Baudin